Dimanche 21 avril 2019
Ouvrir une session   |   Mon dossier
  |   Déconnexion

Accueillir un stagiaire dans votre équipe, pourquoi pas?

Guide de supervision pour le maître de stage en gestion des ressources humaines et en relations industrielles

Quand recevoir un stagiaire et comment le superviser?

Table des matières

Qu'est-ce qu'un stage en gestion des ressources humaines et en relations industrielles?

Quels en sont les avantages?

Quand accueillir un stagiaire?

Quels sont les rôles du maître de stage, du stagiaire et de l'établissement d'enseignement?

Comment se déroule le stage?

Comment gère-t-on les conflits en cours de stage?

Conclusion : les trois principales conditions de succès du stage

Bibliographie

Remerciements

Programmes d'étude en relations industrielles et en gestion des ressources humaines offrant des stages aux étudiants

Avez-vous déjà songé à accueillir un étudiant stagiaire au sein de votre équipe? Vous vous interrogez sur les avantages et les responsabilités qu’une telle entreprise implique ou encore sur les conditions de succès?

L’objectif de ce guide est de répondre à ces questions et d’orienter vos décisions. Il s’appuie sur neuf années de pratique en coordination de stages de l’auteure, sur plus de 330 visites effectuées auprès des maîtres de stage et des stagiaires et s’inspire des ouvrages de Louise Villeneuve sur le processus d’apprentissage et l’encadrement du stage supervisé (1991, 1994).

Qu’est-ce qu’un stage en gestion des ressources humaines et en relations industrielles?
Quels en sont les avantages?

Comme les partenaires impliqués ne partagent pas la même vision de cette expérience, trois définitions sont proposées : celle de l’étudiant stagiaire, celle de l’entreprise d’accueil et enfin celle de l’institution d’enseignement.

Pour l’étudiant stagiaire, il s’agit d’une période d’expérimentation déterminante. Le stage lui permet de se familiariser avec la pratique professionnelle et, si la durée du stage est suffisante, de se développer sur les plans personnel et professionnel, de faire valoir ses compétences et de faciliter son insertion au sein de la profession.

Sur le plan personnel, il apprend à mieux connaître ses forces et ses faiblesses, il découvre ses propres valeurs et surtout, il acquiert une confiance en soi, un sentiment de compétence personnelle. Sur le plan professionnel, l’étudiant stagiaire valide certaines notions acquises dans le contexte académique; il en saisit le sens, la portée et les limites. Le stagiaire a également l’occasion de développer ses habiletés de gestion, sa capacité d’écoute, de communication et de travail d’équipe. Il met à l’épreuve son jugement, son sens politique et sa capacité de persuasion. Si la durée du stage s’étend sur plus de quatre semaines, il a la possibilité de réaliser des projets concrets en rendant l’expérience plus enrichissante tant pour lui-même que pour l’entreprise qui l’accueille.

Pour l’entreprise, l’accueil d’un stagiaire pourrait être l’occasion de contribuer activement à la formation des futurs diplômés de la profession. Elle peut également voir en ce stage une occasion de faire avancer les dossiers laissés en suspens, faute de disponibilité des membres de l’équipe permanente. On pourra affecter le stagiaire à l’élaboration de divers outils tels qu’un manuel d’accueil, un manuel de politiques et de procédures. Le stagiaire pourra veiller à la mise à jour des descriptions de postes et à l’analyse juridique de dossiers. Il peut également être sollicité pour offrir un soutien aux activités de recrutement, de formation et de communication d’information aux employés. Le stagiaire jette un regard neuf sur les systèmes en application et parvient parfois à en identifier les failles, et ce, au grand bénéfice du maître de stage. En effet, si le milieu de la pratique apporte une expertise précieuse à l’étudiant en début de carrière, ce dernier peut en retour lui proposer des concepts différents qui peuvent s’avérer très avantageux.

Pour l’institution d’enseignement, le stage est une période de formation pratique qui permet à l’étudiant de compléter sa formation. Le maître de stage* assume en quelque sorte la fonction de professeur en milieu de travail et, par conséquent, joue un rôle de partenaire dans la formation des diplômés. Par ailleurs, l’institution d’enseignement voit le stage comme un excellent moyen d’entretenir des contacts continus avec les milieux de la pratique. Le stage met à l’épreuve la qualité du programme d’étude et facilite l’échange des connaissances entre ces deux milieux, par l’intermédiaire de l’étudiant.

*Le maître de stage désigne ici le représentant de l’entreprise d’accueil, nommé par celle-ci, de qui relève l’étudiant stagiaire.

Table des matières

Quand accueillir un stagiaire?

Certaines périodes sont plus propices à l’accueil d’un stagiaire. Ces questions vous aideront à les déterminer.

Les tâches que vous comptez assigner au stagiaire sont-elles suffisamment variées et stimulantes? L’accueil d’un stagiaire ne s’improvise pas. Selon la durée du séjour et les priorités du moment, le milieu d’accueil planifiera une variété plus ou moins grande de tâches clairement définies qui mettront à l’épreuve les connaissances et les habiletés du stagiaire. La délégation d'une seule tâche, de tâches vagues ou peu valorisantes minera la motivation du stagiaire, diminuera son rendement, mettra fin abruptement au stage et même risquera de l’éloigner définitivement de la profession.

Les tâches à assigner au stagiaire sont-elles utiles pour l’organisation? Il n’y a rien de plus nuisible au moral d’un stagiaire que de se rendre compte que les tâches qui lui sont dévolues sont de moindre utilité pour l’organisation.

Aimez-vous communiquer votre savoir? Avez-vous la patience de vérifier le travail accompli par le stagiaire, de souligner ses erreurs de façon constructive et de répondre à ses multiples questions? Le maître de stage ou les membres de son équipe doivent être sensibles aux attentes et besoins du stagiaire. Ils doivent être prêts à lui consacrer temps et énergie. Il est fort recommandé de procéder à un examen de conscience avant de s’engager dans la supervision d’un étudiant. Une surcharge de travail ou un manque d’aptitude pour ce type de mandat rendrait impossible la supervision et l’accompagnement adéquats.

Votre équipe est-elle en période de stabilité relative? En période de restructuration majeure, lorsque toute l’équipe est mobilisée ou qu’une personne clef vient de partir, il vaudrait mieux ne pas accueillir un stagiaire.

Avez-vous l’accord des autres membres de votre équipe? Une forte résistance de la part des collègues ou du supérieur pourrait placer le maître de stage en position difficile. En effet, chaque erreur ou maladresse du stagiaire pourrait être doublement soulignée et ainsi venir renforcer le désaccord des collègues. Une telle situation pourrait évidemment faire obstacle à l’accomplissement du mandat de stage.

Disposez-vous d’un bureau et des outils informatiques appropriés? Les conditions de travail doivent recevoir une attention particulière. Le milieu d’accueil doit être en mesure d’offrir les outils permettant l’accomplissement des tâches du stagiaire, dans un contexte approprié.

Table des matières

Quels sont les rôles du maître de stage, du stagiaire et de l’institution d’enseignement?

Le maître de stage joue à la fois un rôle d’accompagnateur et d’évaluateur auprès du stagiaire. Il l’accueille, lui assigne du travail, l’oriente, le supervise et l’évalue. Il est primordial qu’il demeure disponible, ce qui n’exige pas une présence continue, mais des échanges suffisamment fréquents pour permettre au stagiaire de bien accomplir ses mandats, en respectant les délais. Le maître de stage assume trois types de fonctions (Villeneuve, 1994) :

  1. Une fonction administrative qui regroupe des tâches telles que la préparation du stage, la planification des mandats, la vérification du travail accompli, l’évaluation du stagiaire.
  2. Une fonction d’enseignement qui regroupe des tâches telles que la communication des explications au stagiaire afin de lui donner une vision d’ensemble, une compréhension des actes professionnels et de leurs conséquences. Aussi, le maître de stage doit favoriser les échanges avec le stagiaire. Par exemple, il peut questionner le stagiaire sur ses perceptions, ses émotions et sur l’impact de ses actions dans l’environnement de travail. Il doit de plus s’assurer que les attentes du stagiaire sont satisfaites par le mandat et le stage en général.
  3. Une fonction de soutien social qui regroupe l’écoute empathique des difficultés du stagiaire et l’encouragement à la tâche et à l’auto-évaluation.

Le passage de l’université au milieu de la pratique peut être parfois difficile à vivre pour l’étudiant, particulièrement lors des premières semaines du stage. Rappelons que ce dernier provient d’un environnement très stable au sein duquel les décisions de s’inscrire à un cours, de compléter la démarche ou de l’abandonner n’engagent que lui-même. De plus, l’enseignement qu’il reçoit est principalement théorique. On lui inculque les concepts de base. Les travaux qu’on lui demande l’aident à développer une pensée logique, analytique, bien structurée et lui permettent d’améliorer ses capacités de communication et de rédaction. C’est le stage, dans un premier temps, qui lui permet d’intégrer, en partie, ces notions dans la pratique quotidienne.

Par ses échanges avec le maître de stage, l’étudiant parvient à mieux comprendre son nouvel environnement, à adopter les attitudes et les comportements appropriés aux situations de travail et à réaliser correctement les tâches qui lui sont assignées. Il prend conscience que ses actions engagent à la fois lui-même, son milieu et son institution d’appartenance. Doté de connaissances théoriques, il constate cependant son ignorance de la pratique professionnelle. L’étudiant se rend compte qu’il doit besogner fort pour s’adapter à ce nouveau milieu. Dans cette démarche, le maître de stage peut faciliter l’intégration de l’étudiant, l’encourager, le guider, l’aider à faire des liens et à rendre l’expérience significative. Le maître de stage, tout en déléguant les tâches, doit accorder au stagiaire une certaine liberté de choix quant à ses actions ou aux méthodes que ce dernier adoptera.

Bien sûr, l’étudiant endosse le premier rôle quant à la réussite de son stage. Il doit accomplir son mandat avec diligence et professionnalisme, en respectant les directives qu’on lui communique. Il doit bien saisir les attentes du milieu d’accueil et s’adapter rapidement aux changements. Pour ce faire, il devra poser des questions, exprimer ses craintes et ses idées, reformuler, au besoin, les directives reçues. Tout au long du stage, il devra s’efforcer de développer sa capacité de jugement, sa polyvalence, sa flexibilité, son autonomie et son esprit d’initiative. Il devra, de plus, faire preuve d’esprit d’équipe, d’ouverture, d’une bonne aptitude d’écoute et d’efficacité dans ses communications.

Pour sa part, l’institution d’enseignement prépare les étudiants au stage, organise le placement en milieu professionnel et voit au bon déroulement des stages. Elle s’assure de la pertinence du mandat confié à l’étudiant, de la qualité de l’encadrement offert par le maître de stage et de la qualité des apprentissages réalisés par l’étudiant. Le cas échéant, elle intervient en cas de conflit afin d’aider le maître de stage et le stagiaire à trouver un terrain d’entente.

Table des matières

Comment se déroule le stage?

Tout processus d’apprentissage implique des phases où les connaissances, les attitudes et les habiletés sont transformées, par acquisition ou réorganisation (Morin, 1996). L’identification de celles-ci permet de mieux comprendre le stagiaire et oriente les interventions du maître de stage.

Les phases du stage supervisé présentées ici s’inspirent largement du modèle d’intégration des apprentissages proposé par Louise Villeneuve (1994). Elles décrivent l’évolution des rôles du maître de stage et du stagiaire et leurs réactions émotives. Des outils d’intervention sont suggérés pour chacune d’elles. Précisons que les phases du stage supervisé ne sont pas examinées ici sous l'angle des mécanismes d’apprentissage (voir à ce sujet Morin, 1996).

Le stage supervisé peut se diviser en trois grandes phases : l’intégration, l’élargissement des tâches et la réalisation. Le nombre de semaines requises, pour compléter chacune des phases, varie selon le degré de complexité du milieu de stage et du mandat, selon l’expérience professionnelle du stagiaire et selon l'habileté du maître de stage à superviser adéquatement le stagiaire.

Par ailleurs, le stage devrait impliquer un minimum de 21 heures de travail par semaine durant une période minimale de quinze semaines (ou 315 heures) afin que l’expérience soit vraiment enrichissante (Villeneuve, 1994). Idéalement, l’étudiant devrait oeuvrer au stage cinq journées par semaine pendant un minimum de neuf semaines. Sans contredit, la période d’intégration des étudiants en stage à temps partiel est généralement beaucoup plus longue. Par ailleurs, les maîtres de stage n’osent pas, dans un tel contexte, accorder des mandats de quelque importance.

Première phase :
L’intégration (de la 1re à la 4e semaine ou environ 115 heures de stage)

Les premières semaines du stage correspondent à une période de connaissance mutuelle entre l’étudiant et de son milieu d’accueil et à une période d’ajustements. Au fur et à mesure qu’il prend connaissance de son nouvel environnement, l’étudiant doit modifier ses attentes et ajuster ses attitudes et comportements aux exigences du milieu. Au cours de la première semaine, il doit principalement observer, lire et écouter. Il doit également démontrer une volonté d’apprendre, de réaliser des tâches, d’être utile à son nouveau milieu. Sensible à cette volonté, le milieu lui assignera peu à peu des tâches de plus en plus importantes. Au cours de cette phase, le stagiaire peut se sentir freiné par son entourage dans son désir de passer à l’action.

De son côté, un maître de stage adéquat identifie rapidement les forces et les faiblesses du stagiaire. Il aménage le stage de façon à mettre les premières à l’épreuve et à atténuer les secondes. Au cours de la période d’intégration, le maître de stage doit principalement réussir à établir un climat de confiance par une saine communication, par une écoute empathique des confidences du stagiaire et par le partage du savoir (Villeneuve 1991, 1994). En effet, au cours de cette période critique, l’étudiant ressent souvent de l’inquiétude, de l’anxiété et de l’isolement. Ce sont des émotions inhérentes à toute situation d’apprentissage (Morin, 1996). Le stagiaire vit une situation de vulnérabilité et de dépendance envers son milieu et son maître de stage; il a tout à apprendre ou presque. Il se demande s’il sera à la hauteur des attentes du milieu d’accueil. On observe une nette différence en ce qui a trait aux étudiants qui en sont à leur deuxième stage ou qui ont eu l’occasion, au préalable, d’œuvrer dans un environnement professionnel.

Plusieurs outils sont à la disposition du stagiaire et du maître de stage afin de faciliter l’étape d’intégration. Le message doit être clair : le stagiaire est le bienvenu dans le milieu. On procédera à des exercices de simulation, à des jeux de rôle et on s’appliquera à offrir un renforcement positif. Le contrat d’apprentissage, quant à lui, donne une direction au stage en établissant les objectifs de chacun et les étapes des mandats. Sa rédaction force la réflexion. C’est un outil de communication, de négociation et d’harmonisation; il engage les parties l’une envers l’autre tout en les protégeant. La plupart des institutions d’enseignement exigent un tel contrat. Le cahier de bord de l’étudiant permet de consigner les événements, les idées, les réactions émotives; il lui permet de prendre du recul et de mieux les comprendre. C’est l’outil d’autoformation de l’étudiant.

Deuxième phase :
L’élargissement des tâches (de la 4e à la 9e semaine ou environ 260 heures de stage)

Après quelques semaines d’intégration, le stagiaire connaît davantage les gens qui l’entourent; il s’est familiarisé à l’environnement et il acquiert une certaine autonomie. Le milieu lui confie davantage de tâches. Il entrevoit le progrès de ses mandats, connaît leurs finalités et leurs enjeux. Il est en mesure de mieux saisir les priorités de son service, d’effectuer de meilleures analyses et d’imaginer un plan d’action (pas toujours réaliste cependant). Le stagiaire acquiert plus d’assurance et commence à établir une relation de confiance avec son milieu.

Au cours de cette période, le maître de stage maintient l’orientation du stagiaire et l’appui qu’il lui offre, mais de façon moins intensive. Lorsque le climat de confiance est établi, le maître de stage doit bien « doser » sa supervision. L’étudiant doit devenir autonome et le maître de stage doit favoriser ce processus.

À cette période, on pourra maintenir les exercices énumérés à la première phase. Il est opportun de dresser un bilan du stage à l’aide du contrat d’apprentissage ou encore d’une évaluation formelle du stagiaire. Le maître de stage y souligne les progrès du stagiaire, endosse ou non les perceptions de celui-ci, lui indique les attitudes et habiletés à l’égard auxquelles il devra porter une attention particulière. Il fonde son appréciation sur des faits précis et des comportements observés. Bref, il lui donne l’heure juste, d’une façon constructive.

Troisième phase :
La réalisation (de la 10e à la 14e semaine ou environ 405 heures de stage)

À cette étape, le stagiaire a normalement acquis une bonne compréhension des actes professionnels reliés à son mandat et de leurs conséquences. Il maîtrise ou est en voie de maîtriser un « savoir-faire » spécifique. Par exemple, la conduite d’une entrevue de sélection, l’utilisation des logiciels, l’application d’un programme d’accueil des nouveaux employés, l’analyse jurisprudentielle, etc. Il travaille plus rapidement, de façon plus efficace. Il connaît assez bien sa marge de manœuvre, les règles informelles, les attitudes, les comportements appropriés aux circonstances et les personnes-ressources dont il peut obtenir une bonne collaboration. Il se sent compétent et ressent une satisfaction au travail. Il commence à s’identifier à la profession et se sent membre de l’équipe.

Au cours de la troisième phase, la présence du maître de stage se fait nettement plus discrète. Avec le stagiaire, il dresse un bilan des apprentissages. Dans la plupart des programmes de stage, l’étudiant devra rédiger un rapport qu’il remettra à son institution d’enseignement et au milieu de stage qui l’a accueilli. Le rapport de stage incite l’étudiant à réfléchir à son milieu d’accueil, à son mandat, aux connaissances acquises, à ses attitudes et habiletés de même qu’à ses valeurs et comportements en tant que professionnel. C’est l’outil d’autoformation par excellence.

Le tableau ci-dessous, résume les principaux éléments qui caractérisent les trois phases du stage supervisé.

Les trois phases du stage supervisé

 

1. L’intégration

2. L’élargissement des tâches

3. La réalisation

Nombre approximatif de semaines*

De la 1re à la 4e semaine

De la 4e à la 9e semaine

De la 10e à la 14e semaine

Relations entre le stagiaire, le maître de stage et le milieu d’accueil

Période de connaissance mutuelle et d’ajustements.

Une relation de confiance est établie et se consolide peu à peu.

Période de relations harmonieuses, d’entraide professionnelle et de partage du savoir.

Évolution des rôles

Le stagiaire lit, écoute observe. Le maître de stage exerce une supervision étroite du stagiaire. Il l’accueille, oriente son mandat et se montre disponible.

Le stagiaire offre un bon soutien à l’équipe. Le maître de stage continue d’orienter et d’encourager le stagiaire, mais moins intensivement.

Le stagiaire devient l’expert dans le dossier qu’il pilote. Le maître de stage exerce une supervision plus discrète. Il discute, évalue, valorise les progrès du stagiaire.

Réactions émotives

Le stagiaire peut se sentir ignorant, inefficace et craint de ne pas être à la hauteur. Il peut ressentir de l’anxiété et de l’isolement. Le maître de stage peut se sentir débordé, accaparé par les demandes du stagiaire.

Le stagiaire acquiert plus d’assurance et commence à se sentir en confiance dans son milieu. Le maître de stage a le sentiment de reconquérir peu à peu sa liberté d’action.

Le stagiaire ressent de la satisfaction, de l’estime de soi et se sent compétent. Il s’identifie à son milieu, à son organisation et à sa profession. Le maître de stage ressent la satisfaction d’avoir participé activement aux premiers pas du stagiaire dans sa profession.

Outils

Bon accueil du stagiaire; Exercice de simulation; Exercice de jeu de rôle; Renforcement positif; Contrat d’apprentissage entre les deux parties; Cahier de bord du stagiaire.

Exercice de simulation et de jeux de rôle; Renforcement positif; Cahier de bord du stagiaire; Évaluation du stagiaire.

Rapport de stage rédigé par le stagiaire; Évaluation du stagiaire; Présentation, par le stagiaire, de ses réalisations devant les collègues ou l’équipe de travail.

* Semaine de 28 heures

Table des matières

Comment gère-t-on les conflits en cours de stage?

Notons d’emblée qu’une grande majorité des stages se déroule sans problème. De plus, les maîtres de stage et les stagiaires se montrent en général très satisfaits face à l’expérience et, année après année, les statistiques présentent à peu près les mêmes données. Ainsi, en moyenne, les stagiaires attribuent une note de satisfaction de 83 % envers leur maître de stage, leur milieu d’accueil et leur mandat. Les maîtres de stages accordent, en moyenne, une note globale de 84 % à leur stagiaire.

Cependant, il arrive que des problèmes importants apparaissent, menaçant le succès du stage. Ces problèmes se manifestent surtout dès les 3e et 4e semaines du stage. Ils se présentent sous diverses formes : conflit de personnalité, mésentente sur les éléments du mandat, mandat qui ne démarre pas, maître de stage non disponible, attitudes inadéquates du stagiaire, stagiaire en difficulté d’apprentissage. Plusieurs causes peuvent être à l’origine de ces problèmes : une discordance entre le profil du stagiaire et les exigences de la tâche (le recrutement n’est pas infaillible), des changements imprévus dans les mandats, des départs de collègues ayant pour effet de surcharger le maître de stage, des attentes trop élevées du stagiaire envers son stage ou, au contraire, des attentes trop élevées du maître de stage envers le stagiaire.

Selon l’importance du conflit, le maître de stage peut se sentir plus ou moins envahi et dépassé par les événements. Il devra pourtant consacrer temps et énergie à la situation, car le stagiaire n’est pas en mesure d’affronter seul le problème. En effet, il est souvent difficile au stagiaire de poser un bon diagnostic de la situation, d’évaluer la part des responsabilités qui lui revient et celle attribuable au contexte et au maître de stage. Il peut se sentir dérouté et vivre de la détresse. Le coordonnateur ou responsable des stages de l’institution d’enseignement peut lui fournir conseils et soutien. Toutefois, il revient au stagiaire d’amorcer la discussion. Si ce dernier n’est pas pleinement conscient de la situation, c’est au maître de stage de l’amener adroitement à percevoir la réalité en prenant soin d’éviter les jugements. Il doit encourager le stagiaire à poursuivre l’expérience en examinant avec lui les éléments de solution.

Lorsque le maître de stage constate un problème d’envergure et qu’il hésite quant à la façon de l’aborder, il est indiqué d’en discuter avec le représentant de la maison d’enseignement qui pourra effectuer, si besoin est, une visite en milieu de stage. Celui-ci peut jouer un rôle de soutien ou encore de médiation dans le conflit, à la suite de consultations individuelles. Le représentant de l’institution cherchera à dépersonnaliser le conflit en orientant les discussions sur les éléments du contexte plutôt que sur les éléments liés à la personnalité des antagonistes. Les problèmes peuvent souvent s’expliquer par un écart déficit de concordance entre les exigences du mandat et celles du stagiaire, par des priorités trop changeantes et complexes à saisir ou encore par une surcharge du maître de stage. Soulagées de ne pas être entièrement mises en cause, les parties envisagent plus aisément les solutions avec le représentant de l’institution d’enseignement. On pourra procéder à une réorientation du mandat, à un changement de maître de stage, au partage de la supervision du stagiaire avec des collègues, etc. Le choix d’une stratégie de gestion du conflit détermine son issue; elle peut être constructive ou destructrice (Dolan et Lamoureux, 1990).

Lorsque l’on parvient à le résoudre avec succès, le conflit en stage peut devenir une expérience enrichissante tant pour l’étudiant que pour le maître de stage. En effet, ils ont mis à l’épreuve leur patience, leurs capacités d’écoute, d’ouverture, de transparence, et leurs habiletés d’analyse, de jugement et de communication. À l’inverse, il peut arriver que le conflit prenne insidieusement de l’ampleur et vienne briser le lien de confiance entre les deux parties. Dans cette condition, il est souvent préférable de retirer l’étudiant de son milieu de stage. Idéalement, cette décision devrait être prise de concert par le maître de stage, le stagiaire et le représentant de l’institution d’enseignement. Il arrive toutefois que les événements se précipitent et forcent l’une des trois parties à mettre abruptement fin au stage. Le cas échéant, le maître de stage et l’institution d’enseignement devront porter une attention plus particulière au stagiaire et à son estime de soi.

Table des matières

 
Conclusion : les trois principales conditions de succès du stage
  1. Un recrutement adéquat - Si le stage se prolonge sur une période suffisamment longue pour assigner des tâches importantes au stagiaire, il est recommandé de sélectionner avec soin ce dernier. Il s’agira de déterminer les habiletés et attitudes nécessaires à l’accomplissement du mandat de même que de s’interroger sur la concordance entre le niveau de difficulté exigé et le calibre des candidats rencontrés.

  2. Un mandat clair, varié et stimulant - Le stage ne s’improvise pas; le milieu de stage doit prévoir une variété plus ou moins grande de tâches bien définies, utiles à l’organisation et mettant à l’épreuve les connaissances et les habiletés du stagiaire.

  3. Un maître de stage qualifié - Bien qu’il existe plusieurs styles de supervision, certaines qualités et compétences de base sont nécessaires pour accompagner et évaluer un stagiaire. Parmi celles-ci, notons la capacité d’être à l’écoute de l’autre. Certaines circonstances plus mouvementées de la vie professionnelle et de la vie personnelle mobilisent toute l’énergie; ces périodes sont alors incompatibles avec la supervision adéquate d’un stagiaire. Par ailleurs, la volonté d’échanger avec le stagiaire en le questionnant, en favorisant les discussions dans les moments appropriés, doit également être bien présente. Ces échanges sont essentiels, car ils orientent les actions du stagiaire. Enfin, le maître de stage doit être apte à évaluer le stagiaire de façon constructive en prenant soin de valoriser ses réalisations et les progrès accomplis, puis de souligner les aspects à améliorer.

L’accueil d’un stagiaire doit être une expérience enrichissante tant pour le stagiaire que pour l’entreprise qui le reçoit. Il s’agit d’un processus de partage de savoir et d’une belle occasion de préparer la relève.

Table des matières

BIBLIOGRAPHIE

DOLAN, Shimon L. et LAMOUREUX, Gérald. Initiation à la psychologie du travail,

Gaëtan Morin éditeur, 1990, 489 p.

VILLENEUVE, Louise. Des outils pour apprendre, Éditions Saint-Martin, 1991,192 p.

VILLENEUVE, Louise. L’encadrement du stage supervisé, Éditions Saint-Martin, 1994,199 p.

MORIN, Estelle. Psychologies au travail, Gaëtan Morin éditeur,1996, 535 p.

Table des matières

REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier Sylvain Léonard, Marie Élaine Roberge et Gilles Trudeau pour leurs judicieux conseils lors de la révision de cet article. Je tiens également à remercier tous les représentants des institutions d’enseignement dont les noms apparaissent sur la liste ci-dessous, pour leur collaboration à la production de celle-ci.

Table des matières

PROGRAMMES D’ÉTUDE EN RELATIONS INDUSTRIELLES ET EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES OFFRANT DES STAGES AUX ÉTUDIANTS

La liste ci-dessous identifie les programmes d’étude en relations industrielles et en gestion des ressources humaines qui offrent la possibilité à leurs étudiants d’effectuer un stage en milieu de travail. L’auteure a retenu les deux critères suivants : universités québécoises et universités francophones canadiennes. L’auteure a obtenu l’accord verbal de tous les représentants des programmes qui sont nommés sur cette liste pour que leurs coordonnées y apparaissent et a vérifié l’exactitude des données auprès de ceux-ci.

École des Hautes Études Commerciales
http://www.hec.ca/

Spécialisation : B.A.A option Gestion des ressources humaines
Professeur responsable : René doucet, professeur agrégé

Service de placement et de gestion de carrière
Agente-conseil : Danielle Lauzon

Téléphone: (514) 340-6171
Télécopieur: (514) 340-6175
Adresse électronique : danielle.2.lauzon@hec.ca

École nationale d’administration publique (ENAP) - Université du Québec
http://enap.uquebec.ca/

Spécialisation : Maîtrise en administration publique

Coordonnatrice des stages : Maria Dame
Téléphone : (514) 849-3989 p.2956
Télécopieur :(514) 849-3369
Adresse électronique : maria_dame@enap.uquebec.ca

Université Concordia
http://www.concordia.ca/

Faculté de commerce et d’administration

Spécialisation : Baccalauréat en commerce- option gestion des ressources humaines

Institute for co-operative Education (régime coopératif)

Coordonnatrice des stages : Josée Labrosse
Téléphone : (514) 848-3944
Télécopieur: (514) 848-2811
Adresse électronique : jlabrosse@alcor.concordia.ca

Université de Montréal
http://www.umontreal.ca/

Faculté des arts et des sciences
École de relations industrielles

Spécialisation : Baccalauréat spécialisé en relations industrielles

Coordonnatrices de stages : Katerine Duguay
Téléphone : (514) 343-5998
Télécopieur: (514) 343-5764
Adresses électroniques : stages@eri.umontreal.ca

Université de Moncton (Nouveau-Brunswick)
http://www.umoncton.ca/

Faculté d’études supérieures
Spécialisation : Maîtrise en administration publique et MBA

Bureau de l’enseignement coopératif

Directeur : M. Claude Lavoie
Téléphone : (506) 858-4134
Télécopieur: (506) 858-4049
Adresse électronique : lavoiec@umoncton.ca

Université de Sherbrooke
http://www.usherb.ca/

Régime coopératif
Adresse électronique : coop@usherbrooke.ca

Département des sciences de l’administration
Spécialisation BAA option ressources humaines

Responsable des stages : Hélène Codère
Téléphone :(819) 821-7750
Télécopieur : (819) 821-7911
Adresse électronique : helene.codere@usherbrooke.ca

Coordonnateurs de stages :

Éric Bellehumeur: (819) 821-8000 poste 62781
Adresse électronique: eric.bellehumeur@usherbrooke.ca
Julie Désilets: (819) 821-8000 poste 63987
Adresse électronique: julie.desilets@usherbrooke.ca
Yves Gauthier : (819) 821-8000 poste 62765
Adresse électronique: yves.gauthier@usherbrooke.ca
Serge Lemieux :(819) 821-8000 poste 62782
Adresse électronique: serge.lemieux@usherbrooke.ca
Johane Lépine :(819) 821-8000 poste 62774
Adresse électronique: johane.lepine@usherbrooke.ca
Normand Morin: (819) 821-8000 poste 62746
Adresse électronique: normand.morin@usherbrooke.ca

Université d’Ottawa
http://www.uottawa.ca/

Faculté d’administration
Spécialisation : B.A.A. option ressources humaines

Responsable des stages coopératifs : Doris Rioux
Téléphone : (613) 562-5800 poste 3020
Télécopieur: (613) 562-5108
Adresse électronique : drioux@uottawa.ca

Université du Québec à Hull
http://www.uqah.uquebec.ca/

Régime coopératif
Département de relations industrielles
Spécialisation : Baccalauréat en relations industrielles et en ressources humaines

Département des sciences de l’administration
Spécialisation : BAA option gestion des personnes

Agente de stages : Julie Régimbal
Téléphone : (819) 595-3900 p.1711
Télécopieur : (819) 773-1803
Adresse électronique : julie_regimbal@uqah.uquebec.ca

Université du Québec à Montréal
http://www.uqam.ca/

École des sciences de la gestion
Spécialisation : B.A.A. option ressources humaines

Agente de stages : Céline Quesnel
Téléphone : (514) 987-3000 p.3692
Télécopieur: (514) 987-4655
Adresse électronique : quesnel.celine@uqam.ca

Université du Québec à Rimouski
http://www.uqar.uquebec.ca/

Sciences de la gestion
Spécialisation : B.A.A. option ressources humaines

Service de placement étudiant
Téléphone : (418) 724-1717
Télécopieur: (418) 724-1525
Adresse électronique : emploi@uqar.qc.ca

Université du Québec à Trois-Rivières
http://www.uqtr.uquebec.ca/

Sciences de la gestion et de l'économie
Spécialisation : B.A.A. option ressources humaines

Agente de stages : Lorraine Thibault
Téléphone : (819) 376-5011 poste 3813
Télécopieur: (819) 376-5185
Adresse électronique : lorraine_thibault@uqtr.ca

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
http://www.uqat.uquebec.ca/

Sciences de la gestion
Spécialisation : B.A.A. option ressources humaines

Responsable des stages : Lisette LeHouillier-Bernier
Unité d’enseignement et de recherche en sciences de la gestion
Téléphone : (819) 762-0971 poste 2376
Télécopieur: (819) 797-4727
Adresse électronique : lisette.lehouillier@uqat.ca

Université Laurentienne (Ontario)
http://www.laurentian.ca/

École de commerce et d’administration
Spécialisation : Bac en commerce option ressources humaines

Coordonnateur de stages : Louis Durand
Téléphone : (705) 675-1151 poste 2145
Télécopieur: (705) 673-6518
Adresse électronique : ldurand@nickel.laurentian.ca

Université Laval
http://www.ulaval.ca/

Faculté des arts et des sciences
Département des relations industrielles
Télécopieur: (418) 656-7688

Rock Laflamme
Téléphone: (418) 656-2131 poste 7063
Adresse électronique : rock.laflamme@rlt.ulaval.ca

Monique Boyce
Téléphone: (418) 656-2131 p. 3811
Adresse électronique : monique.boyce@rlt.ulaval.ca

Faculté d’administration : Management
Service de placement : www.spla.ulaval.ca/

Coordonnateur de stages : Barbara Langis
Téléphone: (418) 656-2131 poste 2048
Télécopieur: (418) 656-2624
Adresse électronique : barbara.langis@spla.ulaval.ca

Université McGill
http://www.mcgill.ca/

Faculté de gestion
Spécialisation : BAA en commerce - option ressources humaines

Centre de carrière en gestion de McGill

Directrice : Jocelyne Younan
Téléphone: (514) 398-4070
Télécopieur: (514) 398-2721
Adresse électronique : younan@management.mcgill.ca

Université Ste-Anne (Nouvelle Écosse)
http://www.usainteanne.ca/

Département des sciences administratives

Régime coopératif

Spécialisation : BAA- option ressources humaines

Directrice : Caroline Thériault
Téléphone: (902) 769-2114 poste 126
Télécopieur: (902) 769-2930
Adresse électronique : caroline@usainteanne.ca

Christine Léonard, CRIA.

 

Droits réservés 2018, Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec.

 


Affaires RH Fondation CRHA Les relations du travail au Québec - Des témoins tracent la ligne du temps Objectif CRHA Prévention de la violence au travail