Mardi 18 décembre 2018
Ouvrir une session   |   Mon dossier
  |   Déconnexion

Le complexe d'imposture

Par Diane Desharnais, CRHA

Nous avons probablement tous, à un moment ou à un autre de notre carrière, ressenti les effets pervers du complexe de l'imposteur. Il se manifeste particulièrement chez les individus qui réussissent, mais qui cultivent des doutes, permanents ou temporaires, sur leurs capacités. Il les porte à minimiser leurs succès, par exemple en les attribuant à quelqu'un d'autre ou aux circonstances extérieures.

Francine a réussi à décrocher un très gros contrat pour la firme où elle travaille depuis peu. Tous les regards sont braqués sur elle. On la félicite, mais elle se défend en attribuant cette réussite à l'équipe qui l'a soutenue et au contexte favorable. Elle entretient le doute de ne pouvoir décrocher un autre contrat à l'avenir. Elle craint que ses nouveaux collègues et son patron attendent d'elle le renouvellement de cet exploit. « Ils vont réaliser que je ne suis qu'un imposteur. Et s'ils se rendent compte qu'ils m'ont surestimée, qu'arrivera-t-il? », se demande-t-elle.

Ces personnes vivent dans le doute et pensent qu'un jour elles seront démasquées et que quelqu'un fera la preuve de leur incapacité.

Le docteur Pauline Rose Clance, auteur du livre Le complexe d'imposture, écrit : « La plupart de ceux ou celles qui souffrent du complexe d'imposture ne se qualifient pas volontiers d'imposteur, pas plus qu'ils ne déclarent ouvertement “J'ai le sentiment d'être un imposteur”. Or, lorsqu'ils entendent parler de ce complexe, ou qu'ils lisent un texte sur le sujet, ils s'écrient : “C'est exactement ce que je ressens! Comment le savez-vous?” »

Avez-vous l'impression, face à une réussite professionnelle que vos succès sont attribuables à la chance ou au hasard, alors que votre intelligence et vos dons ont fait le travail?

Après une réussite exceptionnelle en tant que représentant, Marc vient d'être promu directeur des ventes. Il en rêve depuis fort longtemps. Son employeur lui organise un cinq à sept. Il se prépare à s'y rendre, mais ressent un malaise : « Je n'aurais pas dû accepter ce poste, il représente trop d'inconnus, comment vais-je y arriver? Ils vont vite se rendre compte de mon incapacité à gérer du personnel. »

D'où viennent ces doutes qui nous assaillent? Nous pourrions croire que les personnes qui affichent une grande confiance en soi sont moins sujettes à développer ce complexe. Pourtant il n'en est rien! Les critiques entendues durant notre enfance ou les exigences répétées d'un parent qui nous veut du bien sont souvent suffisantes pour nous faire connaître un épisode de complexe d'imposture.

En ce monde où les exigences pour être un bon être humain sont multipliées par cent, il n'est pas étonnant que le doute soit notre compagnon à certaines périodes de notre vie. La peur de l'échec nous accompagne très souvent dans notre périple professionnel, peu importe nos réalisations et nos succès passés.

Marie est une superwoman. Elle jongle avec les attentes de son patron, de sa famille, de son conjoint et de ses amis. Elle travaille et se sent coupable de ne pas être à la maison. Elle est à la maison et se sent coupable de ne pas performer au travail comme elle le devrait. Vous vous en doutez, le complexe d'imposture n'est pas exclusivement relié au travail; il peut prendre d'autres formes et susciter d'autres doutes.

Si vous vous sentez concerné, il serait peut-être important de réfléchir à ce complexe ou encore de consulter un professionnel qui sera à l'écoute de vos doutes et de vos craintes. Il est normal d'avoir peur, mais il ne l'est pas de se sentir paralysé par la crainte.

Diane Desharnais, CRHA, est conseillère en transition de carrière chez André Filion et Associés.

Cet article a été publié dans le quotidien La Presse le 16 septembre 2006.

 

Droits réservés 2018, Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec.

 


Affaires RH Fondation CRHA Les relations du travail au Québec - Des témoins tracent la ligne du temps Objectif CRHA Prévention de la violence au travail