Lundi 16 septembre 2019
Ouvrir une session   |   Mon dossier
  |   Déconnexion

Rôle de l'entreprise en matière de références

Par Jacques Allaire, C.R.I.

De moins en moins d'entreprises autorisent leurs employés à donner des références. Elles identifient plutôt des personnes, souvent le service des ressources humaines, et déterminent le message qui sera véhiculé. Plusieurs employeurs ont en effet déjà été poursuivis en justice par des chercheurs d'emploi qui jugeaient qu'on avait nui à leur recherche en donnant de mauvaises références. Des employeurs ont aussi poursuivi d'autres employeurs pour avoir «caché» certaines informations.

C'est pourquoi plusieurs entreprises ont comme pratique de limiter les informations transmises à la confirmation des dates d'emploi, au titre et parfois au salaire. Cependant, ne pas autoriser les références peut nuire au chercheur d'emploi, car le prochain employeur pourra interpréter négativement ce silence. Il sera donc important de rappeler à votre employeur, si une telle pratique existe dans l'entreprise, qu'il spécifie qu'elle s'applique à tous les employés et à tous les niveaux.

Si l'entreprise accepte de donner des références positives, vous devriez déterminer qui sera autorisé à donner des références, définir à l'avance ce qui sera dit et insister pour que personne d'autre que ces personnes ne puisse répondre à la demande de références.

Vous devriez rédiger un court énoncé qui servira à ceux qui répondront aux demandes de références. Sans leur mettre les mots dans la bouche, vous les guidez simplement. Le service des ressources humaines jouera souvent le rôle d'intermédiaire entre vous et votre employeur afin faire un énoncé honnête qui satisfera les deux parties. Le contenu donnera votre rôle, vos contributions, vos forces et le motif du départ. Ni trop long, ni trop détaillé ou flatteur, il devra être rédigé en termes clairs, concis et dans un style simple, sinon, cela risque d'être perçu comme du «tout fait».

Ne soyez pas étonné si on ne contacte pas toutes les personnes de votre liste. De même, ne soyez pas surpris si on communique avec des personnes qui ne sont pas sur votre liste. Malgré tout, vous devriez avoir l'attitude d'une personne qui n'a rien à cacher et affirmer que l'on peut communiquer avec toutes les personnes nécessaires.

Il n'y a rien que vous puissiez faire si vous croyez que quelqu'un sera négatif à votre égard. Vous pouvez, par contre, tenter de neutraliser l'information en disant : «Je serais curieux de savoir ce que monsieur X pourrait vous dire, puisque l'on a eu peu de contacts, mais je respecte son jugement». Démontrez que vous souhaitez discuter de certaines questions que les références peuvent susciter et avoir la possibilité de les réfuter.

Bref, soyez fin prêt à réagir à des demandes de références. Préparez les personnes de votre liste à répondre aux demandes de références et avisez-les qu'elles seront contactées et par quelle entreprise ou individu. Discutez du poste que vous sollicitez et révisez avec elles l'information que vous voudriez qu'elles mettent en valeur. Vous éviterez ainsi que ces personnes ne soient prises par surprise et qu'elles ne puissent bien soutenir votre candidature.

Jacques Allaire, C.R.I. est directeur principal, chez Groupe Conseil Right

Cet article a été publié dans le quotidien La Presse le 25 mars 2000.

 

Droits réservés 2018, Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec.

 


Affaires RH Fondation CRHA Les relations du travail au Québec - Des témoins tracent la ligne du temps Objectif CRHA Prévention de la violence au travail