Modernisation de la profession en ressources humaines et en relations industrielles

Montréal, le 4 février 2014 - Après des mois de travaux, l'Office des professions a confirmé à l'Ordre qu'une nouvelle description du champ d'exercice des CRHA et CRIA sera bientôt recommandée au ministre de la Justice. C'est une excellente nouvelle, parce que cette description modernisée correspond, à peu de choses près, à nos recommandations.

Bien qu'il ne puisse être divulgué pour l'instant, ce nouveau texte parle de gestion, de négociation, de conseil et d'élaboration de stratégies dans toutes les spécialités de la profession (relations du travail, politiques publiques de l'emploi, développement des compétences, rémunération, développement organisationnel, dotation, santé et sécurité du travail). Il affirme la finalité de la profession qui est d'optimiser la performance et la saine gouvernance de toute organisation en s'assurant bien sûr – c'est ce qui distingue les CRHA et CRIA – d'établir et de maintenir un milieu de travail sain.

Le champ d'exercice des CRHA et CRIA, qui existe dans le Code des professions depuis 1973, avait bien besoin d'être dépoussiéré pour tenir compte de l'évolution de la profession.

Reste maintenant à ajouter ce nouveau texte au Code des professions et, pour cela, il faut que l'Assemblée nationale adopte officiellement cette modification. Nous ne savons pas exactement quand notre nouveau champ d'exercice sera inclus dans la loi. Toutefois, nous continuons nos représentations afin que cela se fasse le plus rapidement possible. Nous vous tiendrons au courant, bien entendu!

En route vers des activités professionnelles réservées?

Voilà une autre bonne nouvelle : l'Office des professions souhaite maintenant entreprendre les travaux relatifs à la demande de réserve d'activités professionnelles pour les CRHA et CRIA.

La réserve d'activités professionnelles consiste à identifier avec précision les gestes professionnels qui, si cela est justifié pour la protection du public, pourraient être confiés aux CRHA et CRIA en exclusivité ou en partage avec d'autres membres d'ordres professionnels. L'existence et la gravité d'un préjudice lié à l'exercice de ces activités ainsi que les connaissances et compétences requises pour les accomplir doivent être démontrées. Il faut aussi rappeler que cet exercice n'a pas pour but de garantir un marché ou un monopole économique ni d'empêcher la concurrence.

Ce dossier demandera donc des analyses, des recherches approfondies et une démonstration pertinente de sa nécessité. Il s'agit d'un chantier majeur pour la profession et l'Ordre entend y consacrer les efforts requis au cours des prochains mois, en concertation avec ses membres et experts.

C'est un dossier à suivre!

Source :
Sarah Thibodeau, avocate