Sondage CROP-Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur l'état de la réalisation de l'équité salariale - Faits saillants (Format PDF)

Le sondage auprès des entreprises québécoises a été réalisé par la firme CROP pour l’Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec (Ordre des conseillers en ressources humaines agréés). À quelque trois mois de la mise envigueur de la Loi sur l’équité salariale, l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés désirait obtenir un portrait de l’état de la réalisation de l’équité salariale dans lesentreprises du Québec. L’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés regroupe près de 5000 professionnels dela gestion des ressources humaines et des relations industrielles.

Au total, 547 entrevues ont été effectuées entre le 27 juillet et le 21 août2001, avec une marge d’erreur de +/- 4,2 %, 19 fois sur 20.

Les résultats ont été pondérés selon le poids réel de chaque tailled’entreprise dans l’univers des entreprises québécoises et le rapport complet du sondage peut être consulté dans lePortail-RHRI en cliquant ici.

Mentionnons qu’aucun débat entourant l’équité salariale n’avait cours au momentdu sondage.

Profil des répondants

  • Taille de l’entreprise :

Nombre d’employés

 Nombre de répondants

10 à 49 employés

176
50 à 99 employés 171
100 employés et plus 200

État d’avancement des travaux

  • Au total, près des deux tiers des entreprises québécoises (65 %) affirment avoir commencé les travaux d’instauration de l’équité salariale. Cette proportion se chiffre à 59 % chez les entreprises de 10 à 49 employés et à 79 % dans les entreprises qui comptent un ou plusieurs syndicats.

  • Au chapitre de l’avancement des travaux, 46 % des entreprises québécoises en sont à moins de 50 % du chemin à parcourir pour réaliser l’équité salariale. Parmi ces dernières, 45 % sont des entreprises de 100 employés et plus.

  • Au total, 17 % des entreprises affirment avoir terminé les travaux en vue de réaliser l’équité salariale. Par ailleurs, 9 % des entreprises affirment ne pas avoir l’intention d’instaurer l’équité salariale.

Respect de l’échéance du 21 novembre 2001

  • Malgré le fait qu’en moyenne les entreprises québécoises déclarent avoir accompli environ seulement 55 % des travaux nécessaires pour réaliser l’équité salariale, 81 % des répondants estiment être en mesure de respecter l’échéance du 21 novembre 2001.

  • Parmi les entreprises qui ne croient pas être en mesure de respecter l’échéance prévue par la Loi, 37 % estiment avoir besoin de moins de six mois supplémentaires, 30 % pensent que plus de six mois seraient nécessaires et 32 % ne sont pas en mesure d’évaluer le délai supplémentaire requis.

Coûts

  • Les dépenses - consultants, logiciels, temps, etc. - engagées jusqu’à présent par les entreprises pour se conformer à la Loi (excluant les coûts reliés aux ajustements salariaux) sont évaluées à :

    • 2 650 $ en moyenne chez les entreprises de 10 à 49 employés;

    • 6 300 $ en moyenne chez les entreprises de 50 à 99 employés;

    • 12 700 $ en moyenne chez les entreprises de 100 employés et plus.

Effets perçus ou envisagés

  • 34  % des répondants estiment que l’équité salariale aura des effets positifs au sein de leur organisation. Les principaux effets positifs sont davantage reliés à :

    • l’amélioration de l’équité dans l’organisation (54 % de ces répondants);

    • l’efficacité accrue des pratiques de rémunération (50 % de ces répondants).

  • 9  % des répondants envisagent des effets négatifs de l’équité salariale. Les principaux effets négatifs mentionnés sont :

    • le caractère élevé des coûts d’ensemble (44 % de ces répondants);

    • la complexification des pratiques de rémunération (40 % de ces répondants).

  • 78  % des entreprises estiment que l’équité salariale n’aura pas d’effet sur les salaires. Ce pourcentage est proportionnellement plus élevé dans les entreprises de 10 à 49 employés (80 %) et moins élevé chez les entreprises de 100 employés et plus (68 %).

  • Globalement, 17 % des entreprises envisagent une augmentation des salaires (estimée en moyenne à environ 4,9 %). Cette proportion est plus élevée chez les entreprises où il y a une présence syndicale (25 %).

  • Globalement, 65 % des entreprises estiment que l’application de l’équité salariale aura plus d’effets positifs que négatifs.

  • Selon plus de la moitié des répondants interrogés (54 %), les employés auraient une perception positive de l’équité salariale. Par ailleurs, 17  %des répondants estiment que les employés sont indifférents, 14 % pensent qu’ils sont trop peu informés pour avoir une perception et 3 % considèrent qu’ils ont une perception plutôt négative de l’équité salariale.

Communiqué

Rapport final du sondage en format PDF (900 K0)


Suivi du dossier...

Sondage SOM-Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur l’état de la réalisation de l’équité salariale / Le mardi 14 novembre 2000
Communiqué 2000 / Faits saillants 2000
Rapport finaldu sondage 2000 en format PDF (900 K0)