Les nouvelles tendances des conventions collectives au Québec - un dossier spécial de l'Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec (Ordre des conseillers en ressources humaines agréés)

Devant les pressions exercées par la mondialisation et les bouleversements du marché du travail, comment les conventions collectives ont-elles évolué dans la dernière décennie? Ont-elles perdu leur raison d'être? Quelles seront les orientations futures de la convention collective? Voilà autant de questions couvertes par le dossier spécial de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés dans le dernier numéro d'Effectif - seul magazine francophone spécialisé en relations du travail et en gestion des ressources humaines.

Le dossier spécial de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur les nouvelles tendances des conventions collectives au Québec révèle notamment que :

  • grâce à une présence syndicale qui se maintient autour des 40 %, près d'un million de travailleurs sont aujourd'hui couverts par les quelque 8100 conventions collectives en vigueur au Québec;
  • les clauses contractuelles des conventions sont demeurées relativement stables depuis 1990;
  • la recherche d'équilibre entre la flexibilité du travail et la protection des travailleurs demeure au centre des débats;
  • contrairement à la croyance populaire, la très grande majorité des conventions n'interdisent pas la sous-traitance;
  • on observe une diminution de la présence des clauses d'indexation des salaires dans les conventions collectives.

Au chapitre des perspectives d'avenir, on note que :

  • la dernière refonte des normes du travail devrait conduire à des amendements dans plusieurs conventions, notamment en ce qui a trait au harcèlement psychologique, à la durée du travail et à la conciliation travail/famille;
  • le vieillissement de la main-d'ouvre créera des pressions pour introduire davantage de clauses portant sur les retraites progressives, le transfert d'expertise et l'adaptation des conditions générales de travail à une main-d'ouvre plus âgée.