Prudence sur le marché de l’emploi en vue en ce début de 2013

Les professionnels de la gestion des ressources humaines  prévoient des embauches modestes et une stagnation des heures de travail en ce début d’année 2013. Tel est le principal constat de la nouvelle édition du bulletin Flash-Emploi CRHA publié par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Cette enquête prospective trimestrielle réalisée avec la collaboration d’AppEco analyse stratégique, une firme de consultation en analyse, stratégie et communication, présente les attentes des professionnels de la gestion des ressources humaines concernant l’évolution prochaine du marché de l’emploi au Québec.  

Pour ce premier trimestre de l’année 2013, la différence nette des attentes d’embauche s’établit à +3,9 %, soit une baisse de 19 points de pourcentage comparativement au trimestre précédent (+23,2 %). Cette même différence relative aux heures travaillées atteint -0,1 %, également en recul de 12,4 pts % par rapport au dernier sondage. Ainsi, ces deux indicateurs diminuent par rapport à la fin d’année 2012, mais aussi comparativement au premier trimestre de 2012. 

« L’année 2013 s’amorce au ralenti pour le marché de l’emploi, notamment du côté des grandes entreprises où plusieurs dirigeants prévoient devoir réduire leur personnel au cours des prochains mois. Heureusement, la situation est plutôt stable dans les PME ainsi que dans les secteurs public et parapublic. Il est donc à souhaiter que cette période de ralentissement soit de courte durée et que les grands employeurs se remettent à embaucher sous peu », a indiqué Florent Francoeur, CRHA, président-directeur général de l’Ordre.  

En contrepartie, la bonne nouvelle de cette édition concerne les attentes relatives à l’écart entre les hausses salariales et l’inflation, qui sont maintenant clairement positives (+32,8 %) pour un second trimestre de suite. Cela signifie que bon nombre d’employeurs comptent procéder à des augmentations salariales dépassant l’inflation au cours de l’année à venir. « Après plusieurs trimestres de prévisions d’augmentations inférieures à l’inflation, voilà certes une bonne nouvelle pour les travailleurs », a souligné M. Francoeur.  

Les efforts liés au recrutement sont moins ardus que lors du dernier trimestre (+23,4 % vs +56,7 % au 4e trimestre de 2012), ce qui concorde avec le ralentissement observé précédemment. Ainsi, les répondants à l’enquête ne semblent pas ressentir les effets du manque de main-d'œuvre aussi fortement qu’à la fin de 2012. 

Les PME plus dynamiques
Les petites et, surtout, les moyennes entreprises sont résolument plus optimistes que leurs consœurs de plus grande taille tant sur le plan de l’embauche, des heures travaillées, des difficultés à recruter que des hausses salariales à venir. Du côté sectoriel, le secteur public et parapublic apporte une certaine stabilité à l’embauche, tandis que les entreprises de service sont les seules à prévoir une hausse significative des heures travaillées. Victime du pessimisme des grandes entreprises, Montréal affiche les perspectives les plus modestes du Québec, contrairement à la situation dans les éditions précédentes du bulletin. 

Pour obtenir le rapport détaillé, cliquez ici

Notice méthodologique
Les indicateurs présentés dans ce bulletin trimestriel ont été compilés à partir des réponses à un sondage réalisé du 10 au 24 janvier 2013 auprès d’un échantillon aléatoire des membres de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA). Au total, 212 répondants validés ont participé à cette enquête, ce qui représente une marge d’erreur globale de 6,7 %, 19 fois sur 20. Dans le cas d’entreprises comptant plusieurs membres de l’Ordre, seule la réponse du principal dirigeant des ressources humaines de l’entreprise a été retenue. Les réponses ont été pondérées par la taille de l’entreprise et n’ont fait l’objet d’aucun ajustement saisonnier. En raison de l’arrondissement, le total des réponses peut ne pas égaler 100 %. L’analyse de cette enquête a été réalisée par AppEco analyse stratégique, une firme de consultation en analyse, stratégie et communication (www.appeco.ca).