Régime de santé et sécurité du travail : une modernisation qui arrive à point

L’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés tient à saluer le dépôt du projet de loi 60 par la ministre du Travail, madame Lise Thériault. Ce projet de loi prévoit la modernisation du régime de santé et sécurité du travail et, par le fait même, des deux lois (LSST et LATMP) qui le régissent.

L’Ordre tient à souligner son désir d’être entendu en commission parlementaire lors de l’étude de ce projet de loi. Les conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) et les conseillers en relations industrielles agréés (CRIA) sont des acteurs clés quant à l’application du régime de santé et sécurité du travail au sein des entreprises. « Nous avons formé un comité de travail composé de membres de l’Ordre afin d’étudier le projet de loi 60 et nous serons prêts à faire part de nos commentaires et suggestions », affirme Florent Francoeur, CRHA, président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Un oublié
L’Ordre déplore que le Programme pour une maternité sans danger (PMSD) ne soit pas touché par le projet de loi. « Le processus de modernisation du régime de santé et sécurité du travail aurait été une plate-forme de premier plan pour se questionner collectivement sur la pertinence pratique, scientifique et économique de ce programme », indique monsieur Francoeur.

La santé et la sécurité du travail, plus que de simples lois
« Le régime dans sa forme actuelle a plus de trente ans; le Québec était alors une référence en matière de santé et de sécurité du travail au Canada. Le milieu du travail ayant largement évolué depuis, une modernisation de ce régime s’imposait afin que le Québec retrouve sa place de chef de file en la matière », affirme Florent Francoeur.

L’Ordre tient à mentionner que la modernisation de la législation entourant le régime de santé et sécurité du travail, bien qu’essentielle, ne peut à elle seule induire la mise en place d’une solide culture de santé et sécurité du travail chez les travailleurs et les employeurs du Québec. « Le régime de santé et de sécurité du travail touche plus de 3,6 millions de travailleurs et plus de 200 000 employeurs y cotisent. Il est fondamental de concevoir des outils afin de s’assurer que tous comprennent les lois et qu’ils sont en mesure de les appliquer de manière efficace. Il faut aussi s’assurer qu’ils puissent ensemble mettre en place des pratiques de santé et sécurité gagnantes au sein des entreprises. C’est par une législation moderne et tenant compte de l’évolution du marché du travail ainsi que par une offre de ressources et d’outils clés que le Québec pourra à nouveau s’afficher comme une référence en matière de santé et de sécurité du travail », conclut monsieur Francoeur.