Un travailleur sur trois n'apprécie pas son party de Noël!

Tous les travailleurs du Québec ne sont pas enthousiastes à l’idée de faire la fête entre collègues à l’occasion de Noël. C’est ce que révèle un sondage CROP commandé par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) effectué auprès de 509 travailleurs salariés québécois en novembre 2011.

Quand on demande aux travailleurs ce que représente le party de Noël pour eux, parmi les moins fervents de cette activité :
  • 13 % indiquent que c’est une obligation à laquelle ils se soumettent et
  • 21 % pensent que c’est une activité dépassée.
Ce sont donc 34 % de travailleurs qui se présentent au party de Noël à reculons!
Mais que les employeurs se rassurent :
  • 47 % des répondants affirment qu’il s’agit d’une forme de reconnaissance qu’ils apprécient et
  • 19 % disent pour leur part que c’est la meilleure occasion de l’année pour resserrer les liens dans l’entreprise.
Les partys de Noël baissent en popularité
Cette année, seulement 61 % des travailleurs indiquent qu’ils auront un party de Noël, comparativement à 76 % en 2008, alors que l’on était en pleine crise économique.

« L’économie n’est pas encore revenue à son niveau de pré-récession, mais elle se porte mieux qu’en 2008. Et il est plus important que jamais de reconnaître le travail des employés. On ne s’explique donc pas pourquoi un grand nombre d’employeurs n’organisent pas d’activité de fin d’année », indique M. Florent Francoeur, CRHA, président-directeur général de l’Ordre.

On festoie plus à Québec qu’ailleurs… 
Curieusement, 74 % des répondants de la région de Québec auront un party de Noël, alors que seulement 56 % des répondants de la région de Montréal et 65 % de ceux des autres régions auront droit à une soirée des fêtes.

Autre trait distinctif, 36 % des répondants de la région de Québec considèrent qu’une fête est l’occasion de favoriser les liens dans l’entreprise, tandis que les travailleurs de la région de Montréal sont seulement 17 % à partager cette opinion.

Le contrôle de la consommation d’alcool : plutôt modéré

En ce qui concerne le contrôle de l’alcool, 40 % des travailleurs qui auront un party de Noël au travail indiquent que leur employeur prendra des mesures pour éliminer les risques de dérapage dû à une consommation excessive d’alcool.

Un party pour privilégiés ?

La majorité des travailleurs québécois ayant complété des études universitaires bénéficieront de cet avantage dans les entreprises. En effet, 80 % d’entre eux affirment qu’ils auront une soirée de Noël comparativement à 52 % des employés les moins diplômés. Toutefois, c’est aussi parmi les diplômés universitaires que l’on retrouve le plus de personnes qui y participent par obligation (19 %). Pour leur part, seulement 9 % des travailleurs les moins scolarisés s’en font une obligation et 54 % d’entre eux considèrent même cet événement comme une forme de reconnaissance (34 % chez les plus hauts diplômés).

« Ce qui est déplorable, c’est que beaucoup d’employeurs négligent cette occasion non seulement de resserrer les liens entre leurs employés, mais aussi de reconnaître leur contribution à l’organisation. Le party de Noël, c’est le moment de dire merci aux employés et si certains gestionnaires en minimisent l’impact, ils se trompent », conclut M. Francoeur.

Pour en savoir plus
Les résultats complets du sondage CROP-CRHA sont disponibles en cliquant ici.

À propos de l’Ordre

Fort de près de 8500 membres, l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés est le cinquième plus grand regroupement au monde dans son domaine. Il est le seul organisme au Québec à décerner à des professionnels de la gestion des ressources humaines un titre qui atteste leur compétence.

L'Ordre est un leader en matière de pratiques de gestion des employés. Avec une volonté constante d'innovation, il soutient le perfectionnement continu des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) et des conseillers en relations industrielles agréés (CRIA) et participe ainsi au maintien de l'équilibre entre le bien-être des employés et la réussite des organisations. Il veille avec vigilance à ce que cette fonction aux multiples facettes demeure à la fine pointe des solutions propres à répondre aux grands enjeux qui touchent la main-d'œuvre.

Par ses interventions publiques, l'Ordre contribue à l'avancement et à la notoriété de la profession et exerce un rôle d'influence majeur dans le monde du travail au Québec.

- 30 -

Caroline Soulas
Coordonnatrice, communications
Ordre des conseillers en ressources humaines agréés
Tél. : 514 879-1636, poste 224
Cellulaire : 514 941-1989
presse@portailrh.org