L'inflation pourrait toucher les travailleurs en 2012 

Pour le deuxième trimestre consécutif, les professionnels de la gestion des ressources humaines prévoient qu’il sera difficile d’ajuster la rémunération à hauteur de l’inflation. Tel est le principal constat du quatrième bulletin Flash-Emploi CRHA de 2011 publié par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Cette enquête prospective trimestrielle réalisée avec la collaboration de Groupe d'analyse, une firme de consultation en économie, finance et stratégie d'affaires, présente les attentes des professionnels de la gestion des ressources humaines concernant l’évolution prochaine du marché de l’emploi au Québec.

Parmi les 455 répondants validés, 43 % prévoient des hausses salariales inférieures au taux d’inflation québécois (3,3 % au moment de l’enquête), contre 5,7 % disant le contraire, soit une différence nette de -37,4 %. Il y a un trimestre, ce résultat était de -24,4 %, ce qui représente une diminution de 13,0 points de pourcentage (pts %).

« Après plusieurs années d’une inflation stable et plutôt faible, les entreprises vont devoir porter attention à son évolution au cours des prochains mois et s’adapter en conséquence, en ce qui concerne tant leurs employés que leurs achats », a indiqué Florent Francoeur, CRHA, président-directeur général de l’Ordre.

En général, les attentes relatives à l’embauche restent positives. Pour ce dernier trimestre de l’année 2011, la différence nette dans les attentes d’embauche s’établit à +30,5 %, soit 6,7 points de pourcentage de moins qu’au trimestre précédent (+37,2 %). En contrepoids à cette légère baisse, la proportion nette de professionnels entrevoyant une hausse des heures travaillées s’élève à +21,9 % en termes d’heures travaillées (+5,9 % comparativement au 3e trimestre).
Par contre, certaines entreprises éprouvent des difficultés aussi bien d’embauche que d’heures travaillées. C’est notamment le cas du secteur manufacturier, dont la différence nette au niveau de l’embauche est de 0 %, alors que celle relative aux heures travaillées est de -2 %. La situation est moins reluisante également en région, alors que les attentes nettes en matière d’embauche sont négatives (-6 %).

D’autre part, les efforts de recrutement continuent d’être importants, comme l’indique la variation nette de 57,6 %. Alors que les étudiants sont de retour en classe, ces difficultés sont partagées par l’ensemble des secteurs économiques et tendent à croître avec la taille de l’entreprise.

Pour obtenir le rapport détaillé, cliquez ici.

Pour obtenir une entrevue avec Florent Francoeur, veuillez communiquer avec Caroline Soulas.

Notice méthodologique

Les indicateurs présentés dans ce bulletin trimestriel ont été compilés à partir des réponses à un sondage réalisé du 3 au 12 octobre 2011 auprès d’un échantillon aléatoire des membres de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA). Au total, 455 répondants validés ont participé à cette enquête, ce qui représente une marge d’erreur globale de 4,5 %, 19 fois sur 20. Dans le cas d’entreprises comptant plusieurs membres de l’Ordre, seule la réponse du principal dirigeant des ressources humaines de l’entreprise a été retenue. Les réponses ont été pondérées par la taille de l’entreprise et n’ont fait l’objet d’aucun ajustement saisonnier. En raison de l’arrondissement, le total des réponses peut ne pas égaler 100 %. La méthodologie d’enquête et son analyse ont été élaborées par la firme Groupe d’analyse, spécialisée en conseils en économie, finance et stratégie d’affaires (www.groupedanalyse.ca).

À propos de l’Ordre

Fort de près de 8500 membres, l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés est le cinquième plus grand regroupement au monde dans son domaine. Il est le seul organisme au Québec à décerner à des professionnels de la gestion des ressources humaines un titre qui atteste leur compétence.

L'Ordre est un leader en matière de pratiques de gestion des employés. Avec une volonté constante d'innovation, il soutient le perfectionnement continu des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) et des conseillers en relations industrielles agréés (CRIA) et participe ainsi au maintien de l'équilibre entre le bien-être des employés et la réussite des organisations. Il veille avec vigilance à ce que cette fonction aux multiples facettes demeure à la fine pointe des solutions propres à répondre aux grands enjeux qui touchent la main-d'œuvre.

Par ses interventions publiques, l'Ordre contribue à l'avancement et à la notoriété de la profession et exerce un rôle d'influence majeur dans le monde du travail au Québec.