Adoption du projet de loi 25 : un pas de plus vers l’établissement de l’équité salariale au Québec

La Loi modifiant la Loi sur l’équité salariale qui a été adoptée aujourd’hui va contribuer indéniablement à faire progresser l’équité salariale dans les organisations, selon l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

L’Ordre constatait notamment, à la suite d’une étude récente effectuée pour son compte, que les femmes gagnaient encore un salaire de 11 % inférieur à celui des hommes dix ans après l’adoption de la Loi sur l’équité salariale. Il ne peut donc que se réjouir des efforts entrepris pour amener les organisations qui ne s’étaient pas encore conformées à la loi à le faire d’ici le 31 décembre 2010.

« Certes, il ne faut pas minimiser l’investissement financier requis pour l’administration de l’équité salariale, parfois lourde à supporter, particulièrement par les petites entreprises du Québec dont la structure n’en facilite pas la réalisation. Mais il demeure que cette Loi est essentielle à l’avancement des conditions des travailleurs et travailleuses du Québec », a affirmé Florent Francoeur, CRHA, président-directeur général de l’Ordre.

Des outils pour soutenir les entreprises du Québec
L’Ordre a suivi les travaux du législateur avec grand intérêt et tient à être partie prenante de la promotion de la loi auprès des professionnels et des organisations du Québec.

Afin d’accompagner les intervenants du monde du travail dans leur démarche d’instauration de l’équité salariale, l’Ordre organisera en collaboration avec l’école de relations industrielles de l’Université de Montréal une série d’activités de formation portant sur les nouvelles dispositions de la loi ainsi que sur son application. Offertes à compter de septembre prochain, ces activités seront adaptées aux besoins des différents publics concernés, soit les nouvelles entreprises touchées par la Loi et celles qui doivent assurer le maintien de l’équité.

« Les règlements sont tout de même complexes et les coûts reliés à l’application de la Loi peuvent augmenter si l’entreprise se perd dans son administration. Il est important pour nous d’offrir notre soutien aux entreprises du Québec qui oeuvrent dans des conditions économiques difficiles afin de favoriser l’application de l’équité salariale dans les délais requis. L’expertise des CRHA pourra certainement éclairer les dirigeants des organisations qui n’ont pas toujours la structure nécessaire pour étudier ces dossiers », a précisé Florent Francoeur.

Pour obtenir l’étude et le mémoire de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, cliquez ici