Trois résolutions pour les employeurs en 2009

Gérer le ralentissement économique tout en conservant la main-d’œuvre qualifiée, voilà le principal enjeu des entreprises en matière de gestion des ressources humaines en cette nouvelle année. L’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés propose aux employeurs d’adopter trois résolutions pour relever ce défi de l’année 2009.

Maintenir une vision de long terme
Même si plusieurs entreprises traversent une période de turbulence en raison du ralentissement économique, les enjeux relatifs à la pénurie de main-d’œuvre et à la conservation des talents vont demeurer. Dans ce sens, il importe de maintenir le cap sur une vision à long terme du développement des ressources humaines. « Supprimer des emplois peut paraître une solution facile à court terme. Cependant, il faut se rappeler qu’il sera plus difficile et plus coûteux encore d’attirer et de former une main-d’œuvre qualifiée et compétente une fois la crise passée. Il est donc important pour les organisations d’assurer le maintien et le développement de leurs ressources humaines, et ce, même dans un contexte de réduction des coûts. En fait, c’est le meilleur investissement pour demain », a souligné M. Florent Francoeur, CRHA, président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Mieux communiquer
En période de ralentissement économique, les travailleurs peuvent ressentir de l’incertitude concernant leur emploi. Plusieurs d’entre eux pourraient être tentés de joindre d’autres entreprises qui sont en apparence plus stables ou qui leur font miroiter de meilleures possibilités de carrière. « Dans le contexte actuel, la communication représente donc un enjeu majeur pour les employeurs en 2009. Ils devront déployer davantage d’efforts pour mieux communiquer avec leurs employés, pour leur faire connaître la position de l’organisation face au ralentissement économique et pour leur donner l’heure juste de façon régulière. Il ne faut pas oublier que les rumeurs et l’incertitude sont souvent de bien pires ennemies que le ralentissement économique lui-même », a indiqué M. Francoeur.

Mobiliser les troupes…
Enfin, dans ce contexte d’affaires plus difficile, afin de conserver les talents, les employeurs devront également faire en sorte de garder les troupes motivées et engagées. Bien que la rémunération soit un facteur important de mobilisation, d’autres moyens non pécuniaires sont tout aussi importants. « Pensons par exemple à l’implication des travailleurs dans les décisions ou encore à la reconnaissance de l’employeur par des encouragements ou une rétroaction positive. Ce sont là des éléments efficaces et économiques qui permettent de maintenir le moral des troupes », a conclu M. Francoeur.