Malgré la crise économique, les partys de Noël sont maintenus dans les organisations – Résultats d’un sondage CROP-CRHA

Malgré le ralentissement économique, plus des trois quarts des travailleurs québécois auront un party de Noël organisé par leur employeur cette année. C’est ce que révèle un sondage CROP commandé par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA) et effectué en novembre 2008.

Des données comparables à l’an dernier
Dans ce sondage CROP-CRHA, 76 % des travailleurs affirment qu’il y a un party de Noël prévu et organisé par leur employeur cette année. L’an dernier, ce pourcentage était de 75 %.

« En raison du ralentissement économique, on aurait pu s’attendre à ce qu’un nombre moins élevé de travailleurs aient un party de Noël organisé par leur employeur cette année. Heureusement, cela ne semble pas être le cas et c’est une bonne nouvelle. En effet, le party de Noël représente une belle occasion de remercier les employés, les gens y voient une marque de reconnaissance de la part de leur employeur, ce qui contribue à garder les troupes mobilisées. Sans compter que le manque de reconnaissance est très souvent une raison pour laquelle les travailleurs quittent leur emploi », a indiqué M. Florent Francoeur, CRHA, président-directeur général de l’Ordre.

Un événement important pour les travailleurs et les employeurs
Les festivités de Noël sont d’autant plus importantes qu’il s’agit, pour 32 % des travailleurs, de la seule activité organisée par l’entreprise pour ses employés. En outre, 38 % des travailleurs affirment qu’ils seraient déçus si leur employeur devait annuler le party de Noël en raison de la crise économique. Fait intéressant à noter : ce pourcentage s’élève à 53 % chez les 18 à 34 ans.

« Ces résultats démontrent bien l’importance de tels événements tant pour les employeurs que pour leurs salariés. Il est nettement préférable de réduire le budget dévolu au party de bureau plutôt que de l’annuler. Le simple fait de maintenir cette activité malgré le contexte difficile envoie un message positif aux employés et permet d’atténuer l’insécurité vécue par ces derniers. Et dans le contexte actuel, cela vaut son pesant d’or », a conclu M. Francoeur.

Pour en savoir plus
Les résultats complets du sondage CROP-CRHA sont disponibles en rapport PDF.