Près d’un travailleur sur deux est stressé au travail – Résultats d’un sondage CROP-Ordre des conseillers en ressources humaines agréés

Près d’un travailleur sur deux (49 %) affirme être très (14 %) ou assez stressé (35 %) à son travail. C’est ce que révèle un sondage CROP effectué pour l’Ordre des CRHA et CRIA du Québec (Ordre des conseillers en ressources humaines agréés).

Autre fait intéressant à souligner : le sondage montre que les femmes sont davantage concernées par le phénomène. En effet, 53 % d’entre elles affirment être stressées à leur travail, alors que la proportion est de 44 % chez les hommes.

« Ces résultats peuvent paraître inquiétants, particulièrement chez les femmes. Il faut savoir qu’elles subissent probablement davantage de stress, car elles assument encore de nombreuses responsabilités familiales. Il est parfois difficile de tracer une limite entre les réalités personnelle et professionnelle. C’est pourquoi il importe de mettre en place davantage de mesures permettant de mieux équilibrer le travail et la vie personnelle », a indiqué M. Florent Francoeur, CRHA, président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Le stress au travail : un phénomène grandissant
Le sondage CROP-Ordre des conseillers en ressources humaines agréés montre non seulement que le stress au travail n’est plus un phénomène isolé, mais aussi qu’il tend à augmenter. En effet, 51 % des travailleurs québécois estiment que le stress dans leur milieu de travail a tendance à augmenter. D’un autre côté, 42 % pensent qu’il tend à rester stable et 5 %, à diminuer.

Également, plus d’un tiers des travailleurs (35 %) affirment qu’au cours de la dernière année, il leur est arrivé très (11 %) ou assez (24 %) souvent d’avoir de la difficulté à décrocher de leur travail lorsqu’ils arrivaient à la maison.

« Ces données montrent que le contexte économique actuel accroît la pression dans les entreprises et que les travailleurs en subissent les contrecoups. Cependant, il faut rappeler que la gestion du stress est une responsabilité partagée. D’un côté, les employeurs doivent mettre en place de saines pratiques de gestion des ressources humaines pour aider leurs employés à cet égard. De l’autre, les employés doivent faire leur part en adoptant un mode de vie sain leur permettant de mieux gérer leur stress, leur temps et leurs priorités », a conclu M. Francoeur.

Pour en savoir plus!
Les résultats du sondage CROP/Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sont disponibles en format PDF.