Les organisations font face à un taux élevé de roulement de personnel – Résultats d’un sondage CROP-Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Plus de la moitié des travailleurs québécois affirment que le taux de roulement de personnel est élevé dans leur organisation. C’est ce que révèle un sondage CROP effectué pour l’Ordre des CRHA et CRIA du Québec (Ordre des conseillers en ressources humaines agréés).

Un taux de roulement de personnel élevé

Le sondage CROP-Ordre des conseillers en ressources humaines agréés montre en effet que 53 % des travailleurs québécois affirment que le taux de roulement de personnel est très (25 %) ou assez (28 %) élevé dans leur organisation. Cette proportion s’élève à 66 % chez les travailleurs âgés de 18 à 34 ans. En outre, 33 % des travailleurs interrogés disent que leur employeur éprouve des difficultés à garder ses meilleurs employés et 69 % estiment que des employés dont le rendement est médiocre sont quand même maintenus en poste.

« Ces données sont très révélatrices de la situation qui prévaut actuellement sur le marché du travail. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, la concurrence est féroce et les travailleurs le savent. La gestion des ressources humaines devient donc un facteur de compétitivité important dont les organisations doivent tenir compte au même titre que le marketing ou la production », a précisé M. Florent Francoeur, CRHA, président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Les raisons des départs…

Au chapitre des principaux facteurs qui inciteraient les travailleurs à quitter leur emploi, la rémunération apparaît en tête de liste (24 %), mais elle est suivie de près par les faibles possibilités d’avancement (21 %), le mauvais climat de travail (20 %) et le manque de reconnaissance de l’employeur (19 %).

« Les employeurs doivent dorénavant miser sur ce qu’ils ont à proposer globalement aux travailleurs. Il ne suffit plus de leur offrir une bonne rémunération pour les attirer et les conserver. Les employés recherchent un emploi dans lequel ils vont s’épanouir, mettre à profit leurs compétences, dans une ambiance de travail saine où ils se sentent valorisés. C’est d’ailleurs là le rôle stratégique que jouent les conseillers en ressources humaines dans les organisations », a ajouté M. Francoeur.

Finalement, notons que ces thématiques figurent au menu du congrès annuel de l’Ordre auquel participent actuellement plus de 2000 professionnels des ressources humaines et des relations du travail.

Pour en savoir plus…

Les résultats du sondage CROP/Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sont disponibles en format PDF.