Les tops et flops 2014 en matière de relations du travail au Québec

L’année 2014 a connu une diminution du nombre de conflits de travail et obtenu deux jugements encourageants de la Cour suprême du Canada. Malgré ces quelques tops, le bilan demeure plutôt morose. L’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés révèle son palmarès des faits marquants de 2014 et des éléments à surveiller pour 2015 en matière de relations du travail au Québec.

Les tops de 2014

Moins de conflits de travail déclenchés : 53 conflits de travail (lockout ou grèves) ont été déclenchés entre janvier et novembre 2014 alors que nous en comptions 75 à pareille date l’an dernier. Cette donnée de 2014 est notamment gonflée par le « grand dérangement » des employés municipaux du 26 novembre dernier. Sur le plan des conflits observés jusqu’à présent en 2014, nous remarquons une diminution du nombre de jours-personnes perdus (234 333 comparativement à 947 272 en 2013).

Gain de cause pour les travailleurs du Walmart de Jonquière : La Cour suprême du Canada a émis un jugement défavorable à Walmart relativement à la fermeture, en 2005, de sa succursale de Jonquière qui était alors en pleine négociation d’un premier contrat de travail avec ses salariés.

Les flops de 2014

Débordement à l’hôtel de ville de Montréal : En réaction au projet de la loi nᵒ 3, des travailleurs de la Ville de Montréal ont pris d’assaut la salle du conseil municipal où des milliers de pages de conventions collectives ont été lancées et des élus et gardiens de sécurité, brutalisés.

Relations entre la Ville de Québec et ses pompiers, de mal en pis : Après 4 années de conflit, les pompiers de la Ville de Québec sont toujours sans contrat de travail. Les deux parties affirment aux médias leur volonté de négocier, mais il semble que cette dernière ne se matérialise pas à la table de négociation.

La question de la retraite toujours pas réglée : La question de la retraite est loin d’être close et malgré l’adoption de deux projets de loi en la matière, 2014 n’est pas l’année des grandes solutions. En effet, le régime volontaire d’épargne retraite (RVER) et le projet de la loi no 3 n’offrent pas de réelles solutions pour assurer une retraite décente aux Québécois.

Conflit envenimé chez les concessionnaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean : 440 employés de garage et 27 concessionnaires automobiles de la région sont en conflit de travail depuis plus d’une année et demie. Négocier ne semble pas être à l’ordre du jour des parties, alors qu’un nombre impressionnant de mises en demeure et d’accusations d’outrage au tribunal ont été formulées de part et d’autre.

À surveiller en 2015
Un vent favorable pour le secteur manufacturier : Alors que ce secteur d’activité a été éprouvé dans les dernières années en ce qui a trait aux relations du travail, pensons au cas d’Electrolux et à la fermeture de Mabe, les économistes prévoient une croissance pour le secteur manufacturier québécois.

Négociations dans le secteur public : Le 31 mars 2015 marquera la fin du contrat de travail de milliers de travailleurs du secteur public. « Avec le climat d’austérité et les demandes d’augmentation des syndicats jugées déraisonnables par le gouvernement, il y a fort à parier que le printemps sera chaud! » déclare M. Francoeur, FCRHA, président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Pour en savoir plus
Pour consulter le document complet Regard sur 2014, cliquez ici.