FUTURS CRHA | CRIA

Ouvrir une session
  |   Déconnexion

Lorsque RH et finances fusionnent
Ordre des conseillers en ressources humaines agréés – 30 novembre 2016

Directrice des ressources humaines et administration au sein du groupe Air France et KLM au Canada, Valérie Gagnon, CRHA a été attirée par la philosophie européenne de la compagnie dans ses rapports avec ses employés. C’est d’ailleurs la nature particulière de l’entreprise qui lui permet d’exercer des fonctions en ressources humaines ainsi qu'en finances.

Mme Gagnon doit avant tout s’assurer que la politique globale d’expérience d’emploi de l’entreprise et les différents outils de gestion soient bien connus et mis en place. Elle est en contact avec les gestionnaires à travers les cinq villes canadiennes où le groupe franco-néerlandais opère, et s’y rend régulièrement afin d’être plus à l’écoute des réalités et besoins.

« Les employés sont considérés comme des partenaires sociaux. Il y a un dialogue constant, une ouverture à leur opinion. C’est différent de ce que j’ai connu au Canada et en Amérique du Nord en général, même si on tend vers cette pratique, particulièrement dans les milieux non syndiqués », croit celle qui a occupé des fonctions importantes dans différentes organisations au cours de sa carrière.

« J’ai consacré toute ma vie sur le plan professionnel aux ressources humaines. Dès l’université, je savais que je voulais faire ce type de travail. J’avais la conviction que ça permet de changer des choses au sein de l’entreprise, et je le pense encore. »

Le côté administratif occupe quant à lui environ 40 % de ses tâches. « J’adore ça, admet Mme Gagnon. C’est rare qu’on confie les volets administratif et financier à un responsable des ressources humaines. D’habitude c’est plutôt le contraire, on demande à un administrateur de faire un peu de RH. Ça permet de voir les deux côtés de la médaille, ce qui améliore beaucoup la pratique d’un CHRA. On comprend mieux les impacts de part et d’autre. »

Valérie Gagnon, qui a acquis ses connaissances au fil du temps, avoue que cet intéressant défi ne serait pas possible sans la confiance accordée par son patron. Les obligations de reporting financier de la compagnie étrangère sont aussi différentes par rapport aux entreprises canadiennes, puisqu’elle n’a pas besoin de déposer d’états financiers aux autorités du pays. Il s’agit essentiellement de contrôle de gestion, de budgets et de comptabilité.

Diplômée d’honneur de l’Université de Montréal l’an dernier, Valérie Gagnon a complété son baccalauréat en relations industrielles dans cette institution en 1982. Riche de sa forte expérience, elle aurait plusieurs recommandations à adresser à la relève, comme maîtriser l’anglais des affaires ou ne pas oublier l’importance du « non dit » quand vient le temps de prendre le pouls de l’entreprise pour conseiller sa gestion. Surtout, il faut s’intéresser à son fonctionnement.

« Quelles sont les forces et les faiblesses de l’entreprise? Qui sont ses compétiteurs? Quel est son marché? Il faut comprendre sa business, apprendre à faire une lecture politique de l’interne. Je vois ça comme une analyse de son écosystème. », illustre Valérie Gagnon, CHRA.