Lundi 26 juin 2017
Ouvrir une session   |   Mon dossier
  |   Déconnexion

Le leadership et ses paradoxes

Par Natalie-Ann Shorteno, CRHA, consultante en développement organisationnel

Le texte qui suit s’adresse à quiconque dans une situation qui lui demande de faire preuve de leadership. Car le leadership n’est pas la chasse gardée des leaders tels qu’on les imagine! Chacun peut être appelé à s’affirmer, à prendre position, à faire face à une nouvelle conjoncture, etc. Par le fait même, chacun trouve sur son chemin l’univers des paradoxes composant le leadership.

Mais qu’est-ce qu’un paradoxe? Selon le Larousse.com, c’est « Être, chose ou fait qui paraissent défier la logique parce qu'ils présentent des aspects contradictoires ».

Assumer du leadership nous place donc dans un bateau qui doit aller de l’avant en naviguant sur des courants qui nous tirent dans deux directions différentes. Ce qui est un défi en soi, c’est que la situation à laquelle on doit faire face nous donnera envie de suivre un courant plutôt que l’autre, car il nous demanderait moins d’effort a priori.

Porter les souliers du leadership exige alors qu’on résiste à la tentation de la facilité en acceptant de vivre pleinement les courants contraires, en plus de mettre nos énergies à gérer la situation en tant que telle. Voici quelques-uns de ces paradoxes.

Aspirer à quelque chose de grand, mais savoir se faire tout petit
Le leadership naît souvent dans le cœur de personnes qui portent des rêves et des idéaux, qui veulent sortir du cadre… Or, cela peut entraîner le leader à se croire plus grand que nature. Savoir se faire tout petit, c’est garder à l’esprit que, même si on a pu réaliser de grandes choses par le passé, cela ne constitue pas un passeport pour l’invulnérabilité. Donc, voir grand, mais demeurer humble.

Vivre la vibration de la vision réalisée en ayant la patience des petits pas
Un leader a souvent une vision tellement claire de son rêve une fois réalisé qu’elle lui semble presque réelle. Les petits pas, de leur côté, peuvent faire paraître le temps long, laborieux et lancinant. C’est comme être en montgolfière et jardiner en même temps!

En savoir plus, mais préférer faire émerger le savoir chez l’autre
Le leadership vient souvent d’une conscience élargie d’une situation ou d’un état de fait. Par exemple, un cadre qui a été promu pour sa connaissance approfondie des opérations en sait souvent beaucoup plus que toutes les personnes qu’il supervise. Il serait facile pour lui d’étaler ses connaissances et de faire sentir aux gens autour de lui « qu’ils ont du chemin à faire » pour lui arriver à la cheville. En fait, un vrai leader, par sa conscience élargie, voit clairement ce que les employés doivent acquérir pour devenir aussi compétents et conscients que lui. Aussi, il sait les guider en répondant à leurs questions afin qu’ils puissent assimiler de nouvelles connaissances et les mettre en pratique.

Pouvoir faire les choses vite et bien, mais comprendre que former les autres est plus « payant »
Dans la même veine, un leader a souvent plus d’expérience et est souvent plus doué pour faire un travail vite et bien, par exemple. Il lui est alors très facile de tout faire lui-même pour épargner « probablement » temps et énergie. Le vrai leader prendra le temps de donner la chance à d’autres autour de lui de devenir aussi rapides et « parfaits » que lui. On peut imaginer à une extrémité un gestionnaire hyper compétent qui prend tout le travail sur ses épaules et qui finit par claquer, entouré d’employés qui perdent leur temps, et à l’autre un gestionnaire qui délègue et passe beaucoup de temps à coacher des employés fiers et stimulés.

Foncer, même quand on a la peur au ventre
Assumer un leadership porte invariablement à aller de l’avant, peu importe ce qui se trouve sur sa route. Les personnes qui assument un vrai leadership ont le don de faire paraître ce courage de foncer facile et toujours plaisant. En réalité, la plupart ont aussi peur que n’importe qui. Certaines disent même avoir été terrorisées en cours de route. Qu’est-ce qui fait la différence entre un leader et un non-leader alors? Le courage d’affronter ses peurs!

Avoir la force de tenir le fort en temps de tempête tout en faisant du partage de ses moments de faiblesse une occasion de rallier autour de soi
Nous avons tous l’image du leader fort et invincible qui sait faire face à toute situation, tel un roc dans un rapide au printemps. Certaines personnes tentent même d’être à la hauteur de cette image qu’elles croient être une prémisse du leadership. Combien se trouvent piégées par cette image? Sans compter la dynamique qu’elle crée avec les personnes autour du leader. Comme elles en viennent à penser que « ce gars-là, il peut en prendre », le leader crée souvent une incompréhension lorsqu’il atteint sa limite.

Le vrai leader préfère bâtir une équipe qui développe ses forces tout en se permettant de demeurer humain, c’est-à-dire de faire des erreurs ou de vivre des moments de faiblesse. L’authenticité de cette approche engendre une réelle collaboration où chacun sait qu’il peut trouver appui en temps de difficulté.

Apprivoiser les passages à vide pour mieux aider les autres à tracer leur chemin
Sortir du cadre ou poursuivre sa vision ne vient pas avec un manuel de l’utilisateur! Au contraire, s’engager dans cette voie assure à chacun qu’il vivra des périodes de questionnement, de confusion ou de découragement. Mêmes courtes, ces périodes peuvent quelquefois faire oublier au leader la force de sa vision et lui donner envie de tout laisser tomber. Un leader connaît intimement ces étapes et s’en est fait des amies. Il sait donc mieux comment guider l’autre qui vit une de ces périodes.

En conclusion, gérer ces paradoxes peut sembler un programme bien chargé. Cependant, les situations qui les font expérimenter sont autant d’occasions d’apprentissage sur soi que les livres ne peuvent enseigner.

Pour aller plus loin...


À propos de l’auteure
Natalie-Ann Shorteno, CRHA est consultante en développement organisationnel. Elle aide les entreprises à se structurer pour mieux grandir en gestion des ressources humaines, en finance et en comptabilité. Elle donne aussi des formations de base en comptabilité et en communication financière. On peut la joindre par téléphone [514 434-8380] ou par courriel [nashorteno@gmail.com].


Cet article est paru dans la rubrique Coin de l'expert le 22 avril 2014.
superwoman.jpg

 

Droits réservés 2017, Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec.

 


Affaires RH Fondation CRHA Les relations du travail au Québec - Des témoins tracent la ligne du temps Objectif CRHA Prévention de la violence au travail