Lundi 26 juin 2017
Ouvrir une session   |   Mon dossier
  |   Déconnexion

Le World Café – Des exemples concrets

Par France Lefebvre, CRHA, présidente, Fortuna Groupe Conseil

Ce texte fait suite à l'article « Le World Café ou l'art de stimuler la créativité » publié dans le Coin de l’Expert, le 21 mai 2013.

Le World Café, méthode essentiellement créative, permet des conversations en profondeur avec des groupes de 12 à 1200 personnes. C’est que, selon le fonctionnement de cette méthode, les participants sont appelés à discuter en petits groupes, pour ensuite échanger avec l’ensemble, revenir en petits groupes, retourner à l’ensemble. Cet exercice se répète à quelques reprises, créant un mouvement de conversations intimes suivies de mises en commun qui favorisent la pollinisation croisée.

Voici deux exemples concrets d’organisations qui ont utilisé le World Café à des fins totalement différentes et ce qu’elles en ont retiré.

I – Le client
Une association regroupant des entreprises œuvrant dans une industrie de services professionnels.

Le contexte
Des entreprises concurrentes offrant des services professionnels réalisent qu’elles font toutes face à une même problématique, soit la difficulté d’attirer les nouveaux gradués universitaires dans leur entreprise et d’ainsi préparer la relève. 

L’objectif du World Café
L’Association organise un World Café qui a pour objectif de discuter d’idées pour attirer les jeunes diplômés universitaires.
À noter : le World Café est utilisé comme outil de remue-méninges.

L’environnement
Un bar jazz du centre-ville de Montréal a ouvert ses portes pour accueillir les participants pendant toute une matinée. Chaises branlantes, tables de divers formats, dépaysement assuré!
À noter : le dépaysement déstabilise et favorise la créativité.

Les participants
Une trentaine de responsables des ressources humaines de la plupart des entreprises membres de l’Association, des gestionnaires opérationnels, des étudiants universitaires du domaine en question, des professeurs d’une université.
À noter : des gens provenant d’horizons diversifiés, tous intéressés ou préoccupés par le sujet, mais le vivant avec des perspectives différentes.

Quelques questions qui ont été posées

  • Si nous étions certains de leur succès, quelles idées radicales pourrions-nous choisir pour faire face à notre défi d’attraction de la relève?
  • Quelles sont les idées discutées ou les questions soulevées à votre table que vous jugez importantes?
  • Qu’est-ce qui nous échappe dans nos conversations précédentes?
    À noter : les questions forcent à sortir des sentiers battus, à dépasser les idées courantes.

Les résultats
Les participants ont découvert de nouvelles perspectives, de nouveaux éléments à ramener dans leur entreprise afin de poursuivre la discussion à l’interne.
À noter : chacun a retiré de l’expérience ce qui répondait à ses propres besoins. Il n’y avait pas de consensus à atteindre, seulement ouvrir les horizons.

II – Le client
Une entreprise manufacturière nord-américaine multisite.

Le contexte
L’entreprise prépare un changement organisationnel majeur. Le rôle des comptables en usine évolue vers un rôle de partenaire d’affaires. 

L’objectif du World Café
Clarifier le nouveau rôle, son importance dans la réalisation de la vision ainsi que les implications pour chacun.
À noter : le World Café est utilisé comme outil d’appropriation de la nouvelle organisation.

L’environnement
Parmi les participants, il y a des unilingues francophones et anglophones. Pour assurer la fluidité des conversations en petits groupes, les tables sont recouvertes d’une nappe blanche ou noire, selon la langue de discussion. L’animatrice traduit les discussions en assemblée plénière.
À noter : les couleurs des nappes facilitnte la gestion des déplacements pour les discussions en petits groupes.

Les participants
Deux cents personnes du personnel cadre et la haute direction de la fonction finance de l’entreprise, tant en usine qu’au siège social.
À noter : le mélange des niveaux hiérarchiques permet une compréhension des enjeux de chacun.

Quelques questions qui ont été posées

  • Au quotidien, que pourrait être un bon partenaire d’affaires?
  • De quoi avons-nous besoin pour devenir ce bon partenaire d’affaires?
  • Qu’est-ce qu’il y a là-dedans pour moi (WIIFM)?
    À noter : les questions ont amené les participants à réfléchir à leur nouveau rôle et à ses répercussions sur eux-mêmes.

Les résultats
Les participants ont vu la nouvelle réalité plus clairement. Certains ont réalisé que ce rôle leur permettait de progresser dans leur carrière, alors que d’autres ont compris qu’ils n’avaient pas l’intérêt ou les compétences pour ce nouveau rôle.
À noter : le World Café a permis de comprendre où se situaient les gens face au changement et a même suscité un réalignement du projet.

En conclusion...
Ces deux exemples démontrent que le World Café constitue pour une groupe un moyen intéressant pour discuter de sujets importants. Dans nos deux exemples, il a permis de passer outre à certaines barrières, qu’elles soient concurrentielles ou hiérarchiques, tout en stimulant la mobilisation et en atteignant des résultats concrets en seulement trois heures. Une option à considérer dans toute organisation!

Les images proviennent du site : www.theworldcafe.com/ et on été crées par Nancy Margulies.

Pour aller plus loin...
Juanita Brown with David Isaacs and the World Café Community. The World Café, Shaping Our Futures Through Conversations That Matter, Berrett-Koehler Publishers Inc., 2005.
Eric E. Vogt, Juanita Brown et David Isaacs. L’art de poser des questions efficaces, catalyser les idées, l’innovation et l’action. Cet article est disponible gratuitement sur le site de www.theworldcafe.com.

Une foule d’informations sont disponibles sur le site www.theworldcafe.com, incluant des textes en français.


À propos de l’auteure
France Lefebvre, CRHA est présidente de Fortuna Groupe Conseil, cabinet spécialisé en services-conseils en gestion du talent. On y offre des ateliers de formation en français et en anglais, notamment Virage 180 : Recadrer sans discipliner, Animer des groupes de codéveloppement, du coaching de gestion ainsi que l’organisation et l’animation de World Café. On peut la joindre par téléphone [514 573-4383] ou par courriel [france.lefebvre@fortunagroupeconseil.com]. Site web : www.fortunagroupeconseil.com


Cet article est paru dans la rubrique Coin de l'expert le 11 février 2014.

 

Droits réservés 2017, Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec.

 


Affaires RH Fondation CRHA Les relations du travail au Québec - Des témoins tracent la ligne du temps Objectif CRHA Prévention de la violence au travail