Vendredi 24 novembre 2017
Ouvrir une session   |   Mon dossier
  |   Déconnexion

Le responsable des opérations, un allié stratégique du gestionnaire en ressources humaines en matière de SST

Par Richard Pires, CRHA, conseiller principal, Optimum Talent inc.

La responsabilité de l’application des procédures de travail sécuritaires du programme de prévention et de l’atteinte des objectifs en santé et sécurité du travail (SST) incombe souvent au gestionnaire des ressources humaines. Mais il est faux de croire qu’il peut concrétiser son leadership sans l’expertise du responsable des opérations.  

Peu importe la taille de l’organisation, c’est par la décentralisation des responsabilités SST et par la combinaison du savoir-faire stratégique du gestionnaire RH et de l’expertise opérationnelle du responsable des opérations que l’entreprise pourra atteindre les objectifs de prévention ou de réparation qu’elle s’est fixés.   

Il est donc primordial de déterminer les rôles et les responsabilités de chacune des parties. D’entrée de jeu, les professionnels en ressources humaines sont responsables de l’établissement d’une stratégie globale en matière de santé et de sécurité du travail. Quant au plan d’action, il sera réalisé en collaboration avec les responsables des opérations (directeurs d’usine, superviseurs, contremaîtres). 

Voici quelques éléments à considérer lors du partage des rôles en matière de SST. 

Prévention et réparation

  • Un employé qui soumet un rapport médical doit tout d’abord rencontrer son supérieur immédiat pour l’informer du statut de son absence. Il doit par la suite soumettre ces renseignements au gestionnaire RH afin que ce dernier puisse entreprendre les actions requises selon les informations communiquées. Cette étape permet d’orchestrer le retour au travail de façon rapide et efficace et élimine toute ambigüité sur les attentes du retour au travail.
  • On ne le dira jamais assez, le maintien du lien d’emploi est la clé pour consolider une lésion rapidement. Selon les risques qui auront été préalablement identifiés et approuvés par le comité SST, il est recommandé d’établir une banque d’assignations temporaires concernant les lésions les plus susceptibles de se présenter dans l’entreprise. Il faut privilégier les tâches à valeur ajoutée qui assurent une productivité.
  • Le responsable des opérations doit faire un suivi rigoureux des tâches prescrites lors de l’assignation temporaire qui sont essentielles au bon fonctionnement des opérations. Il doit également vérifier que l’employé respecte le plan de réadaptation autorisé par son médecin. Malheureusement, cette étape est souvent négligée, ouvrant la voie à une certaine ambiguïté (provoquant des confrontations), ce qui se traduit souvent en arrêt de travail.
  • Afin de promouvoir une bonne collaboration, le responsable des opérations doit être mis à contribution dans l’identification des risques. C’est par ce moyen que le gestionnaire RH pourra obtenir l’information nécessaire pour soutenir le gestionnaire des opérations dans son besoin de formation et dans ses activités de promotion de la santé.

Décentralisation des responsabilités

Afin d’optimiser les processus, les consignes suivantes orienteront le gestionnaire RH dans le processus de décentralisation des responsabilités SST vers les gestionnaires de plancher. 

  • Définir avec les gestionnaires de plancher les objectifs en santé et sécurité et réviser avec eux les politiques, les procédures et les indicateurs de rendement liés à ce volet. Optimiser les processus en exploitant les forces de chaque fonction.
  • Confier à chaque employé des responsabilités reliées au dossier de réparation et de prévention en fonction des compétences de chacun; par exemple :
    • RH = intermédiaire auprès de la CSST, gestion médico-administrative, responsabilité de l’équité et du respect des politiques, soutien à la formation
    • production = identification des assignations avec valeur ajoutée vs production, responsable du suivi rigoureux en matière de prévention (programme de prévention, plan d’action en matière d’entretien préventif, identification des risques, etc.).
  • Déterminer une assignation temporaire qui sera bénéfique pour l’organisation au-delà de l’aspect de la réadaptation; le responsable de la production fournit au gestionnaire RH l’assignation temporaire en fonction des besoins de production tout en respectant les restrictions du médecin.

L’encadrement accordé par les gestionnaires lors du retour au travail permet au travailleur de se sentir valorisé et favorise par le fait même un retour au travail normal plus rapide.

Optimisation du volet SST

Les employés sont les plus grands partenaires de succès dans les démarches en SST (comité SST ou tout autre moyen qui sollicitera la participation des employés). Voici les comportements à privilégier par le gestionnaire RH-SST en collaboration avec le responsable des opérations.

  • Communiquer fréquemment avec tous les acteurs de l’organisation (employés, cadres, direction) afin de rester à l’affût des nouveaux risques et des nouvelles pratiques.
  • Sensibiliser le personnel aux efforts collectifs interdépartementaux en matière de santé et de sécurité (intranet, promotion et rayonnement des activités reliées aux activités en SST).
  • Déterminer et utiliser des indicateurs simples, efficaces, affichés et connus de tous.
  • Établir des objectifs clairs à tous les niveaux hiérarchiques de l’entreprise et mesurer les efforts avec l’aide d’un tableau de bord, ainsi que lors de l’exercice annuel d’appréciation du rendement des employés, des superviseurs et des directeurs.
  • Réinvestir une partie des économies réalisées par les démarches préventives pour améliorer la qualité de vie au travail.

Les efforts de collaboration entre la direction des ressources humaines et la direction des opérations seront garants du succès et de l’atteinte des objectifs organisationnels à l’égard du dossier SST. Ces démarches auront un impact direct sur les coûts des réclamations de même que sur tous les coûts associés à la présence au travail. Sur le plan qualitatif, ces efforts de collaboration transformeront l’environnement de travail en un lieu sain et sécuritaire qui favorisera l’efficacité, la productivité tout en améliorant le climat de travail.

À propos de l’auteur

Richard Pires, CRHA, est conseiller principal au sein de l’équipe santé et sécurité du travail chez Optimum Talent inc. Il œuvre en SST et en RH auprès des grandes organisations ainsi que des PME dans tous les secteurs d’activité.

Pour joindre Richard Pires chez Optimum Talent inc. :
Courriel : rpires@optimumtalent.com
Site web : www.optimumtalent.com
Téléphone : 514 687-2263


Cet article est paru dans la rubrique Coin de l'expert le 11 juin 2013.

 

Droits réservés 2017, Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec.

 


Affaires RH Fondation CRHA Les relations du travail au Québec - Des témoins tracent la ligne du temps Objectif CRHA Prévention de la violence au travail