Samedi 23 septembre 2017
Ouvrir une session   |   Mon dossier
  |   Déconnexion

Les régimes de retraite en péril! Les solutions possibles... (2 de 2)

Par Yvan Dubuc, CRHA, consultant

Note : Ce texte est le deuxième de deux articles consacrés aux régimes de retraite. Le premier abordait les problèmes créés par les régimes actuels. Celui-ci présente les solutions envisageables. 

Il existe au moins trois façons de se prévaloir d’une rente de retraite. Les régimes publics, les régimes complémentaires cofinancés avec l’employeur et les régimes individuels. Chacune d’elles préconise des solutions qui comportent leur lot d’avantages et d’inconvénients. Rien de gratuit ici; quelqu’un, quelque part, doit éponger les déficits actuels ou prévisibles!  

Les chiffres…
De fait, les options envisagées par les actuaires et les gestionnaires de régimes se résument généralement ainsi : 

  • augmenter les cotisations (rapport cotisants/retraités);
  • repousser l’âge de la retraite;
  • pénaliser financièrement les retraites anticipées;
  • réduire les prestations;
  • transformer les régimes à prestations déterminées en régimes à cotisations déterminées;
  • instaurer des régimes hybrides;
  • privilégier l’épargne privée;
  • refiler la facture à l’ensemble des contribuables;
  • une combinaison quelconque de ces mesures. 
  1. Le Régime des rentes du Québec procure un revenu de retraite proportionnel aux cotisations versées pendant la période active. Face à l’accroissement du déficit actuariel, les autorités ont décidé d’augmenter le taux de cotisation de 9,9 % qu’il était en 2010 à 10,80 % en 2017. La Régie a de plus mis en place des incitatifs visant à prolonger le maintien au travail et ainsi retarder la mise à la retraite.
     
  2. Les régimes complémentaires à prestations (PD) se retrouvent principalement dans le secteur public et la grande entreprise syndiquée. Au Québec, environ 40 % des salariés bénéficient d’un tel régime financé conjointement avec leur employeur. Des négociations sont en cours, puisque nombre d’employeurs souhaitent transformer ces régimes PD en régimes à cotisations déterminées (CD). Ainsi 150 000 travailleurs de la construction devront subir une telle mutation à brève échéance. D’autres favorisent plutôt l’adoption de clauses de disparité qui ont pour effet de conserver les droits des travailleurs actuels aux dépens des futures recrues qui devront se contenter d’un régime CD. À titre d’exemple, le récent accord de principe intervenu entre Ford et les TCA prévoit une clause de disparité de traitement pour les futurs cotisants. Mentionnons que la Ville de Montréal vient d’annoncer une hausse de taxes de 3,4 % en bonne partie attribuable au renflouement du déficit du fonds de retraite de ses employés. Enfin, le menu législatif du Parlement fédéral prévoit apporter des modifications au régime de retraite de ses fonctionnaires et des députés.
     
  3. Les régimes individuels. Au REER bien connu, s’ajoutent le Compte d’épargne libre d’impôt (CELI) et le projet de Régime volontaire d’épargne-retraite (RVER). Sous l’influence du néo-libéralisme, on constate une tendance au désengagement des autorités gouvernementales au détriment des individus qui héritent d’une charge accrue en se voyant obligés d’épargner davantage afin d’assurer leur sécurité financière une fois à la retraite. 

Et les personnes!
C’est ici que les professionnels en ressources humaines pourraient jouer un rôle proactif accru en faisant preuve d’imagination et en s’affirmant davantage auprès des dirigeants d’entreprise. En effet, les remarques précédentes font ressortir la  pertinence de prolonger la période d’activité des travailleurs sur le marché du travail. De fait, on pourrait d’abord se poser la question suivante : pourquoi les gens sont-ils aussi pressés de quitter leur emploi? Vraisemblablement parce que celui-ci constitue un véritable labeur plutôt qu’une source de valorisation et d’épanouissement. Et si on parvenait à modifier les modes d’organisation du travail et les climats de travail de façon à renforcer ces impératifs? Quelles stratégies d’intervention les professionnels en ressources humaines pourraient-ils mettre de l’avant? Voici, à titre exploratoire, quelques pistes d’interventions possibles. 

Retour au travail des retraités
Plusieurs retraités recherchent un emploi pour bien d’autres motifs que l’argent : s’occuper afin de combattre la solitude, joindre un milieu social, fuir le foyer, mettre à contribution leurs compétences au service des autres, obtenir un revenu d’appoint pour se payer des loisirs, etc. Pourquoi ne pas faire appel à leurs services... surtout dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre?

Retraite progressive et rémunération hybride
Proposer aux personnes destinées à la retraite « obligatoire » une retraite progressive assortie d’un allègement des horaires de travail et d’une rémunération composée de prestations des régimes publics (voir les modalités auprès de la RRQ) et d’une diminution de salaire. 

Valorisation de l’expertise
Plutôt que de donner aux travailleurs expérimentés l’impression qu’on s’apprête à les mettre au rancart, pourquoi ne pas mettre leur expertise à profit afin de faciliter la relève et la transition intergénérationnelle des compétences? Formateurs, mentors, coachs, etc. 

Forfaits personnalisés
L’univers des conditions de travail est contaminé par un excès de rigidité « juridicobureaucratique ». Qu’est-ce qui empêcherait les professionnels en ressources humaines de proposer aux travailleurs expérimentés un régime de conditions de travail personnalisé et adapté à leur situation et à leurs attentes? Horaire de travail assoupli, télétravail, gestion de projets autonomes, intrapreneuriat, etc.  

Pas de solutions miracles ici, tout devient une question de choix de société au gré de la dynamique des intérêts concurrents ou divergents de la classe politique, des travailleurs, de la société civile et des groupes de pression institutionnalisés. 

À propos de l’auteur

Yvan Dubuc, CRHA possède plus de trente-cinq années d’expérience en gestion des ressources humaines et en développement organisationnel à titre de gestionnaire, de formateur ou de consultant pour le compte d’entreprises privées et publiques. Auteur prolifique, il rédige actuellement un ouvrage portant sur le retour au travail des personnes retraitées. On peut le joindre par téléphone [418 522-8052] ou courriel [horizon.27@sympatico.ca]. 


Cet article est paru dans la rubrique Coin de l'expert le 12 février 2013.

 

Droits réservés 2017, Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec.

 


Affaires RH Fondation CRHA Les relations du travail au Québec - Des témoins tracent la ligne du temps Objectif CRHA Prévention de la violence au travail