Lundi 26 juin 2017
Ouvrir une session   |   Mon dossier
  |   Déconnexion

Introduire le biofeedback dans un programme de coaching

Par Richard Matte, CRHA,

Vous devez animer une réunion, donner une conférence ou encore simplement rencontrer votre supérieur pour débattre d’un dossier difficile. Imaginez une situation qui vous convient, pourvu qu’elle soit stressante pour vous. Vous l’avez trouvée? Parfait.

Sentez-vous vos mains devenir moites? Votre rythme cardiaque s’accélérer? Vos muscles se contracter? Votre mâchoire se crisper? Connaissez-vous avec exactitude la partie de votre corps qui est affectée lorsque vous vivez des émotions fortes comme la colère ou le stress?

Le stress en soi n’est pas une mauvaise chose. Dans certaines situations, il est même salutaire, lorsqu’on fait face à un danger par exemple. Cependant, dans d’autres situations, le stress peut être très nuisible. On reconnaît le stress comme étant un facteur déterminant de la mauvaise performance d’un gestionnaire et de celles de ses employés.

Dans notre monde de plus en plus compétitif et où tout se joue rapidement, les gestionnaires ont besoin d’outils efficaces et concrets permettant d’atteindre leurs objectifs professionnels, organisationnels et personnels.

Le coaching
Le coaching est un outil de plus en plus utilisé pour permettre au gestionnaire d’améliorer ses habiletés interpersonnelles et d’instaurer un changement durable dans ses comportements. Celui-ci peut ainsi s’assurer d’atteindre les objectifs stratégiques de son entreprise en utilisant son plein potentiel.

Au fil des rencontres, le gestionnaire acquiert un réflexe qui lui permet de modifier ses réactions au fur et à mesure et de poursuivre son amélioration de façon personnelle.

Le coaching permet entre autres :

  • de mieux gérer le changement;
  • d’améliorer sa communication;
  • de mieux diriger et motiver une équipe;
  • de développer ses habiletés interpersonnelles;
  • d’établir des priorités pour réaliser son plein potentiel.

Jumelé au coaching traditionnel, le biofeedback ou rétroaction biologique est un outil concret qui permet à une personne de voir en temps réel les réactions de son corps en relation avec ce qui se passe dans sa tête.

Le biofeedback
Le biofeedback utilise les principes de la psychophysiologie appliquée et vise l’apprentissage de l’autorégulation de l’activité physiologique. Il mesure les changements de l’activité physiologique (température, rythme cardiaque, etc.) à l’aide de capteurs placés à la surface du corps (doigt, paume de la main, lobe de l’oreille, ceinture abdominale). Ces capteurs transmettent des signaux physiologiques à un ordinateur qui les convertit en informations auditives et visuelles, les rendant ainsi facilement interprétables.

Voici quelques mesures qui sont utilisées :

  • température
  • volume sanguin périphérique
  • conductance cutanée
  • rythme cardiaque
  • respiration

En s’entraînant à mieux maîtriser sa respiration, il est possible d’entrer en cohérence et d’atteindre un état de mieux-être. Par conséquent, cela rend la personne capable de mieux gérer son environnement externe autant qu’interne.

L’entraînement au biofeedback
Tout comme lors d’une rencontre de coaching, l’entraînement au biofeedback se déroule sur une base individuelle et est guidé par un professionnel. Grâce à cet outil, le gestionnaire peut suivre l’évolution des différents signaux physiologiques qui sont influencés par ses pensées. On peut par exemple observer la respiration sur un graphique à l’écran.

Le biofeedback est régulièrement utilisé comme méthode d’entraînement par les gestionnaires et les athlètes dans le but :

  • d’optimiser leur performance;
  • de gérer leur stress;
  • d’augmenter leurs capacités cognitives.

« Le problème vient souvent de la tête… Le biofeedback m’aide à rester dans le moment présent », a dit Alexandre Bilodeau, médaillé d’or aux Jeux olympiques d’hiver de Vancouver,lors d’une entrevue présentée à l’émission Découverte sur les ondes de Radio-Canada, la veille de sa victoire olympique.

Le cerveau, tout comme le corps, a besoin de périodes d’entraînement et de ressourcement pour performer à son maximum, tout comme on pratique différents exercices pour conserver la forme physique. Le biofeedback est un exercice permettant d’entraîner le cerveau à rester dans le moment présent lorsqu’on le souhaite et à se ressourcer lorsque requis.

Applications pratiques pour les professionnels RH
Le biofeedback en contexte de coaching est particulièrement profitable au gestionnaire :

  • aux prises avec un problème de gestion du stress ou de pré-épuisement émotionnel;
  • ayant peu de temps à consacrer (entraînement à raison d’une heure par semaine), mais souhaitant obtenir un résultat rapidement;
  • cherchant une approche d’autorégulation plutôt que de s’en remettre à différents spécialistes;
  • très performant, mais qui commence à sentir le besoin d’arrêter le flot de ses pensées (rumination) ou qui fait montre d’impatience avec son entourage;
  • en période de crise, désireux de trouver une méthode naturelle et scientifique plutôt que de prendre des médicaments;
  • souhaitant acquérir une meilleure conscience de soi afin de devenir plus stratégique et de travailler plus efficacement avec ses collègues.

En comparaison avec les méthodes traditionnelles, l’utilisation du biofeedback dans un programme de coaching permet de :

  • travailler simultanément l’environnement externe et interne du gestionnaire;
  • mettre l’accent sur l’apprentissage de l’autorégulation en contexte de travail afin d’éviter l’épuisement professionnel.

Conclusion
L’utilisation du biofeedback dans un programme de coaching permet de surveiller en temps réel l’activité physiologique du gestionnaire. Cette méthode est désarmante; il suffit souvent au gestionnaire de voir les graphiques à l’écran pour devenir beaucoup plus réceptif à la discussion sur une variété de sujets reliés au stress. Fait indéniable : le biofeedback permet d’approfondir le programme de coaching et de changer plusieurs croyances chez le participant (la clé du cheminement personnel et professionnel). Grâce à sa connaissance de différentes approches de coaching, dont le coaching d’optimisation de performance, le professionnel de la gestion des ressources humaines pourra mieux orienter un gestionnaire vers le type de programme le plus susceptible de l’aider.


Cet article est paru dans la rubrique Coin de l'expert le 14 juin 2011.

 

Droits réservés 2017, Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec.

 


Affaires RH Fondation CRHA Les relations du travail au Québec - Des témoins tracent la ligne du temps Objectif CRHA Prévention de la violence au travail